Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

Dakar: selon Loeb, "on repart quasiment à zéro pour la fin de course"

© AFP | Sébastien Loeb, le 11 janvier 2017 au bivouac de Chilecito (Argentine), lors de la liaison qui remplace la 9e étape du Dakar-2017

CHILECITO (ARGENTINE) (AFP) - 

"Je considère qu'on repart quasiment à zéro pour la fin de course", a assuré mercredi Sébastien Loeb, leader au classement général du Dakar-2017, avec 01 min 38 sec d'avance sur son coéquipier Stéphane Peterhansel.

"Une minute sur un Dakar, ça n'est pas de l'avance. Je considère qu'on repart quasiment à zéro pour la fin de course, a-t-il assuré, à l'issue de la liaison entre Salta et Chilecito (Argentine), qui remplace la 9e étape, annulée mardi après un glissement de terrain qui a coupé la route des concurrents.

"Il arrive tellement de choses tous les jours que c'est franchement difficile de se prononcer. On n'a pas trop de stratégie, il va falloir attaquer, on va juste essayer de faire bien, de faire ce qu'on sait faire, on verra où ça nous mène."

Le nonuple champion du monde des rallyes, passé au Dakar en 2016, est aussi revenu sur sa rivalité dans ce 39e Dakar avec Peterhansel, tenant du titre: "C'est une belle bagarre parce qu'il roule très vite. On attaque dans toutes les spéciales, on est à bloc partout, lui aussi. C'est super serré, c'est chacun son tour qui prend la tête. On prend du plaisir."

Après neuf jours de course, les deux Français font figure de favoris au général, où ils devancent le 3e, leur coéquipier Cyril Despres, de plus de 15 minutes.

© 2017 AFP