Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le best of du Festival de Cannes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2018 : le Japonais Kore-Eda remporte la Palme d'or

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : le risque régional d'épidémie d'Ebola est élevé (OMS)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Michel Platini confesse une " petite magouille " lors du Mondial 1998

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Commerce international : Donald Trump maintient la Chine sous pression

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Ambassade américaine à Jérusalem : célébration à Jérusalem, violences à Gaza.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2018 : "Capharnaüm", film coup de poing de Nadine Labaki

En savoir plus

TECH 24

RGPD : l'Europe se rêve en chevalier blanc des données personnelles

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2018 : Vanessa Paradis en productrice de pornos gays

En savoir plus

Amériques

Vidéo : Donald Trump conspue un journaliste de CNN

© Spencer Platt, Getty Images/AFP | Donald Trump s'exprime pour la première fois, mercredi 11 janvier 2017, en conférence de presse depuis son élection.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/01/2017

Donald Trump a refusé mercredi, lors de sa première conférence de presse en tant que président élu des États-Unis, de répondre à une question du journaliste de CNN, premier média à avoir relayé les informations sur ses liens supposés avec la Russie.

"Silence ! (...) Je ne vais pas vous laisser la parole." Le ton est tranchant et abrupt. Pour sa première conférence de presse en tant que président élu mercredi 11 janvier, Donald Trump a conspué le journaliste de CNN Jim Acosta.

Clash entre Donald Trump et le journaliste de CNN

Visiblement furieux des révélations faites concernant ses liens supposés avec le Kremlin, celui qui sera investi 45e président des États-Unis le 20 janvier a vivement réagi : "Ce sont des fausses informations. C'est bidon. Ces choses ne se sont jamais passées. Et cela a été obtenu par nos adversaires", a-t-il déclaré, après avoir admis le rôle de Vladimir Poutine dans les piratages du Parti démocrate.

"Tas d'ordures sur le déclin"

Le milliardaire new-yorkais a d'abord dégainé contre le site Buzzfeed, qui a diffusé un rapport de 35 pages contenant des allégations non vérifiées sur le dossier. Il a qualifié le site créé en 2006 de "tas d'ordures sur le déclin". "Ils vont en subir les conséquences, ils les subissent déjà", a-t-il prévenu.

Le journaliste de CNN a ensuite été pris pour cible. "Puisque vous nous attaquez, est-ce qu’on peut vous poser une question ?", a demandé Jim Acosta. "Pas vous, a retorqué Donald Trump. Votre organisation de presse est excécrable."

Le journal insiste : "Vous attaquez notre média, est-ce que je peux poser une question, monsieur ?" "Ne soyez pas impoli. Je ne vous laisse pas la parole, a ponctué le président. Je ne veux pas vous laisser la parole. Vous diffussez de fausses informations." Le malaise est palpable dans la salle. Jim Acosta réagit : "Monsieur le président, ce n'est pas correct !"

Pas de demi-mesure

CNN avait publié l'existence d'un résumé de deux pages du rapport présumé compromettant pour le président élu, qui avait été remis par le renseignement à Barack Obama puis à Donald Trump. Mais les journalistes de la chaîne avaient pris soin de ne rien révéler du contenu de cette note. Buzzfeed a quant à lui diffusé le rapport de 35 pages contenant des allégations non vérifiées sur Donald Trump. 

Malgré cette différence de traitement, Donald Trump n'a pas fait dans la demi-mesure. Dans un communiqué lu à l'antenne, CNN a accusé l'équipe Trump de "se servir de la décision de Buzzfeed pour se dégager des informations rapportées par CNN, qui ont depuis été confirmées par les autres organisations de presse majeures".

Première publication : 11/01/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Moscou détient des informations sensibles sur Trump, selon le renseignement américain

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les chefs espions américains accusent "les plus hauts responsables russes" de cyberpiratage pendant la présidentielle

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Piratage : Obama sanctionne la Russie sans révéler les preuves de son implication

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)