Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

EUROPE

En 2016, l'Allemagne a enregistré une baisse considérable des demandes d’asile

© Christof Stache, AFP | Des migrants s'enregistrent au bureau des demandeurs d'asiles de Erding près de Munich en Allemagne, le 15 novembre 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/01/2017

Le ministère allemand de l'Intérieur s'est félicité, mercredi, de la nette baisse du nombre de demandeurs d'asile en Allemagne en 2016. Il est passé à 280 000 contre 890 000 en 2015, d'après des statistiques officielles.

L'Allemagne a accueilli 280 000 nouveaux demandeurs d'asile en 2016, soit un recul des deux tiers par rapport au chiffre record de 890 000 en 2015, a annoncé, mercredi 11 janvier, le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière.

"C'est la preuve que les mesures prises par le gouvernement allemand et l'Union Européenne ont fonctionné...ces flux migratoires peuvent être régulés et contrôlés", a estimé le ministre.

De janvier à décembre 2016, les demandes émanant de personnes en provenance de Syrie constituent à elles seules 36 % des requêtes. Les pays les plus représentés sont ensuite l'Afghanistan (17 %) et l'Irak (13 %) d’après les chiffres du ministère allemand.

Une baisse due à l’accord avec la Turquie

L'Office fédéral pour les migrations et les réfugiés (BAMF), chargé d'étudier les demandes d'asile, traite actuellement 745 545 demandes, la plupart ont été déposées par des migrants arrivés lors de la grande vague de 2015. Ce flux exceptionnel a soumis l'administration allemande, en sous-effectifs selon la presse, à une forte pression.

Une partie de l'opinion s’est retournée depuis 2015 contre la chancelière Angela Merkel, qui avait ouvert les portes du pays aux réfugiés à cette période. Le parti bavarois CSU, l'allié conservateur d’Angela Merkel, exige notamment que le gouvernement s'en tienne à un quota annuel de 200 000 demandeurs d'asiles, ce que la chancelière a toujours refusé.

La fermeture de la "route des Balkans" et la signature d'un accord controversé entre l'UE et la Turquie en mars, dont Angela Merkel a été la cheville ouvrière, ont conduit à la baisse des arrivées de migrants en provenance du Moyen-Orient et d'Afghanistan.

>> À lire : "Erdogan menace d'ouvrir aux migrants les frontières de l'Europe"

La France en troisième position

Sur le plan intérieur, le gouvernement de coalition d’Angela Merkel a pris également plusieurs mesures, notamment en reconnaissant plusieurs pays des Balkans comme sûrs, ce qui facilite les reconduites à la frontière. Berlin envisage d'appliquer la même classification aux pays du Maghreb.

À l'échelle européenne, derrière l'Allemagne, l'Italie, la France puis la Grèce sont les pays où le plus de demandes d'asile ont été déposées au troisième trimestre de l’année 2016, selon l'organisme Eurostat.

Avec AFP

Première publication : 11/01/2017

  • ALLEMAGNE

    Réveillon à Cologne : la police accusée de ne contrôler que les Nord-Africains

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Attentat de Berlin : sécurité renforcée en Allemagne pour le Nouvel An

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    Vidéo : en Serbie, le froid polaire complique les conditions de vie des migrants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)