Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Amériques

Le directeur de la CIA appelle Donald Trump à "se discipliner"

© Mark Wilson, Getty Image / AFP | Le directeur de la CIA, John Brennan, à Washington le 20 septembre 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/01/2017

Le directeur de la CIA a appelé, dimanche, Donald Trump à "se discipliner" et à faire plus attention à la manière dont il s'exprime au nom de la sécurité des États-Unis. Un rappel à l'ordre qui fait suite à plusieurs polémiques lancé sur Twitter.

Tourner au moins sept fois son pouce avant de tweeter. C’est, en somme, le conseil de l'actuel directeur de la CIA au futur président, Donald Trump. Enjoignant le président élu de "se discipliner", John Brennan a rappelé, dimanche 15 janvier, que la parole du chef de l’État avait des répercussions importantes en termes de sécurité nationale.

"Trump doit comprendre que les enjeux dépassent sa personne, il s'agit des États-Unis et de la sécurité nationale. Il va avoir l'occasion de passer à l'action, en contraste avec le fait de parler et tweeter", a déclaré sur Fox News le chef de la CIA.

"Je ne crois pas qu'il (Donald Trump) possède une appréhension complète des capacités, des intentions et des actions de la Russie", a expliqué John Brennan, appelant le vainqueur de la présidentielle à être "très rigoureux en s'exprimant publiquement".

M. Brennan a également estimé "révoltant" que Donald Trump ait assimilé le travail des agences de renseignement américaines à des comportements en vigueur sous l'Allemagne nazie.

"J'en prends ombrage (car) il n'y a aucune raison pour Donald Trump de montrer du doigt les services de renseignement en leur reprochant d'avoir dévoilé des informations déjà disponibles publiquement", a poursuivi le patron de la CIA.

Il faisait allusion à des documents à l'authenticité incertaine, dévoilés par le site d'information Buzzfeed et évoqués par CNN, qui affirment que les services russes d'espionnage disposeraient d'informations compromettantes sur Donald Trump. Ces notes, connues notamment de plusieurs organes de presse américains réticents à les publier, allèguent entre autres de liens de longue date entre l'entourage du milliardaire et le Kremlin. Le président élu américain, qui sera investi vendredi, ne cesse de dénoncer des "informations bidon".

Victoire "à la loyale"

Dans un tweet dimanche après-midi, Donald Trump a exigé des excuses des médias. "Ces chefs du renseignement ont fait une erreur et, quand on fait une erreur, on doit S'EXCUSER", a écrit le président élu, en reprenant cette déclaration sur Fox News du célèbre journaliste du Washington Post Bob Woodward.

Quelques heures après, Donald Trump a publié un nouveau tweet s'en prenant à John Brennan et semblant laisser entendre que celui-ci serait à l'origine des fuites sur le dossier russe.

"Oh vraiment, ne peut pas être pire – regardez simplement la Syrie (ligne rouge), Crimée, Ukraine et accumulation des armes nucléaires russes. Pas bon ! Est-il le fournisseur de fausses informations?", a écrit le président élu.

En milieu de semaine, Donald Trump avait jugé "scandaleux que les agences de renseignement aient permis (la publication) d'une information qui s'est révélée être erronée". "C'est le genre de choses que l'Allemagne nazie faisait", avait-il tweeté.

Avec AFP
 

Première publication : 16/01/2017

  • DIPLOMATIE

    Migrants, Otan, Brexit : Trump se lâche sur l’Europe à coups de formule choc

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump s’en prend à une figure du mouvement anti-ségrégation aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Qui est l'ancien espion à l'origine du "dossier russe" de Trump ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)