Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne, la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

Afrique

Mali : Al Mourabitoune, allié d'Al-Qaïda en Afrique de l'ouest, revendique l’attentat de Gao

© Stringer, AFP | Des militaires maliens couvrent les corps des soldats morts dans l'attentat suicide survenu le 18 janvier 2017, dans un camp militaire de Gao, dans le nord du Mali.

Vidéo par Ethan HAJJI , Olivier BOULENC

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2017

Le groupe Al Mourabitoune, lié à Al-Qaïda, a revendiqué mercredi la responsabilité de l'attentat suicide qui a fait 77 morts dans un camp militaire à Gao, dans le nord du Mali.

L’attentat qui a frappé mercredi 18 janvier un camp militaire de Gao, dans le nord du Mali, a été revendiqué quelques heures plus tard par le groupe islamiste Al Mourabitoune, lié à Al-Qaïda. Selon l’organisation terroriste, l’attaque visait à punir les groupes coopérant avec la France.

Soixante-dix sept personnes ont été tuées dans l'attentat, a annoncé jeudi le
porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Patrik Steiger, lors d'un point presse à Paris.

>> À lire sur France 24 : "Les déroutes de l’EI, une aubaine pour l’alliance Aqmi/Al-Mourabitoune ?"

Al Mourabitoune identifie l'auteur de l'attaque comme "Abdelhadi al-Foulani", indiquant son appartenance à l'ethnie peule, dans un communiqué diffusé par l'agence mauritanienne Al-Akhbar, et SITE, centre américain de surveillance des sites jihadistes. Le gouvernement malien a affirmé que l'attentat avait été perpétré par plusieurs personnes, faisant état de "cinq kamikazes".

Mercredi matin, un véhicule a pénétré dans le camp de Gao, "écrasant ceux qui se trouvaient sur son chemin, avant d'exploser au moment où 600 hommes se rassemblaient", a déclaré la porte-parole de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma).

"Vous n’aurez pas le dernier mot"

Le camp abritait des soldats de l'armée malienne et des membres de divers groupes armés qui effectuent ensemble des patrouilles dans la ville, en vertu d'un accord conclu sous supervision onusienne pour faciliter la lutte contre les combattants islamistes.

L'organisation Al Mourabitoune, dirigée par le jihadiste Mokhtar Belmokhtar, est à l'origine de plusieurs opérations terroristes visant des cibles militaires et civiles au Mali et dans certains pays d'Afrique de l'Ouest.

>> À lire sur France 24 : "Face à la montée de l’EI en Afrique, Al-Qaïda montre ses muscles"

"Nous allons vous combattre. Nous vous vaincrons. Vous n'aurez pas le dernier mot", a déclaré à la télévision nationale le président Ibrahim Boubacar Keita. Trois jours de deuil national ont été décrétés.

Depuis la fin de l'opération Serval lancée en janvier 2013, qui a permis de chasser en grande partie les groupes armés qui menaçaient Bamako, la France maintient des troupes au Mali dans le cadre d'opérations régionales.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/01/2017

  • AFRIQUE

    Les déroutes de l’EI, une aubaine pour l’alliance Aqmi/Al-Mourabitoune ?

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Mali : arrestation du cerveau présumé de l'attaque de Grand-Bassam, selon RFI

    En savoir plus

  • AFRIQUE

    À Bamako, les adieux réciproques et chaleureux de Hollande et de l'Afrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)