Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

FRANCE

Le Canard enchaîné accuse la femme de François Fillon d'un emploi fictif à l'Assemblée

© Jean-François Monier, AFP | Les fiches de paie de Pénélope Fillon indiquent qu'elle a été attachée parlementaire de son mari François Fillon, selon le Canard enchaîné.

Vidéo par FRANCE 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2017

Dans son édition de mercredi, le Canard enchaîné indique que Pénélope Fillon, l'épouse de François Fillon, a été rémunérée comme collaboratrice de son mari. Le candidat de la droite à la présidentielle s'est dit "scandalisé" par ces révélations.

La femme de François Fillon, Pénélope Fillon, a été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari ou du suppléant de celui-ci à hauteur d'environ "500 000 euros brut", ainsi que par la Revue des deux mondes sur une plus courte période, a affirmé Le Canard enchaîné, dans son édition à paraître mercredi 25 janvier.

"La séquence des boules puantes est ouverte", a réagi, mercredi, le candidat de la droite à la présidentielle, en marge d'un déplacement à Bordeaux. "Je voudrais simplement dire que je suis scandalisé par le mépris et la misogynie de cet article. Alors parce que c'est mon épouse, elle n'aurait pas le droit de travailler ? Imaginez un instant qu'un homme politique dise d'une femme, comme le fait cet article, qu'elle ne sait faire que des confitures, toutes les féministes hurleraient. Voilà ce que j'ai à vous dire", a-t-il ajouté, sans nier les faits.

Jusqu'à 7 900 euros mensuels

D'après "les feuilles de paie" de Pénélope Fillon, celle-ci a été rémunérée de 1998 à 2002 par son mari, député de la Sarthe, sur l'enveloppe réservée à cet effet pour les députés et les sénateurs.

Cette enveloppe, qui vient en sus de l'indemnité du député, sert à rémunérer les assistants parlementaires basés à l'Assemblée ou dans les permanences des circonscriptions. "Calculé en principe pour trois collaborateurs", selon le site de l'Assemblée, son montant est de 9 561 euros par mois actuellement.

Le fait d'embaucher des proches comme collaborateurs n'est pas interdit pour les parlementaires, à condition que ce ne soit pas un emploi fictif.

À partir de 2002, après l'entrée de François Fillon au gouvernement, Pénélope Fillon, sans profession connue et qui est toujours en retrait des activités politiques de son mari, devient collaboratrice du suppléant de celui-ci, Marc Joulaud. D'après les chiffres obtenus par Le Canard enchaîné, c'est à cette période qu'elle sera rémunérée le plus (de 6 900 à 7 900 euros mensuels).

"Je ne la connaissais que comme femme de ministre"

Une collaboratrice de François Fillon à l'époque, interrogée par Le Canard, dit "n'avoir jamais travaillé avec elle". "Je n'ai pas d'info à ce sujet. Je ne la connaissais que comme femme de ministre."

Le Canard affirme qu'en 2012, Pénélope Fillon a de nouveau été rémunérée "pendant six mois au moins" quand François Fillon est redevenu député de la Sarthe, après cinq ans à Matignon. "Au total, Pénélope aura perçu environ 500 000 euros brut sur les caisses parlementaires" en huit ans, affirme l'hebdomadaire.

Le Canard affirme aussi que Pénélope Fillon a été parallèlement salariée, entre le 2 mai 2012 et décembre 2013, de la Revue des deux mondes, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière (PDG de Fimalac), un ami de François Fillon. Elle touchait alors environ 5 000 euros bruts par mois.

Interrogé par l'hebdomadaire, le directeur de la revue, Michel Crépu, se dit "sidéré": "Je n'ai jamais rencontré Pénélope Fillon et je ne l'ai jamais vue dans les bureaux de la revue." Il précise toutefois que Pénélope Fillon a signé "deux ou peut-être trois notes de lecture".

Avec AFP

Première publication : 24/01/2017

  • POLITIQUE

    90'' POLITIQUE - Quand François Fillon mélange politique et religion

    En savoir plus

  • FRANCE

    Quotas, choix des immigrés… le programme radical de Fillon en matière d’immigration

    En savoir plus

  • FRANCE

    Officiellement investi candidat de la droite, Fillon affirme son autorité face à ses troupes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)