Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Samy Gemayel : "Au Liban, le Hezbollah dicte au gouvernement sa politique étrangère"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Lulendo, maître des rythmes de la forêt

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Allemagne : l'apprentissage de la langue, clé de l'intégration

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Panne et pagaille à l'aéroport d'Atlanta

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les sommets de la honte"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Guy Verhofstadt : "L'avenir de nos régions ne se trouve pas dans le séparatisme"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dimitris Avramopoulos : "L'Union européenne fait son devoir moral et légal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

Afrique

Vidéo : difficile reprise des cours dans les écoles anglophones au Cameroun

© Capture d'écran France 24 | Une salle de classe du lycée de Tiko

Vidéo par Marcel AMOKO , Zigoto TCHAYA

Texte par Marcel AMOKO , Zigoto TCHAYA

Dernière modification : 25/01/2017

Au Cameroun, les salles de classe des établissements anglophones restent quasiment vides. Plusieurs syndicats appellent à la poursuite des opérations "villes mortes" pour protester contre le pouvoir central, francophone. Reportage.

Le mot d’ordre du gouvernement camerounais, qui avait appelé à la reprise des cours, est resté lettre morte au lycée de Tiko, dans l’ouest du pays. Seule une cinquantaine d’élèves sur 2 700 sont venus en cours, ont constaté les envoyés spéciaux de France 24, Marcel Amoko et Zigoto Tchaya.

Leur reportage montre que l’opération "villes mortes" lancée par plusieurs organisations de la société civile anglophone rencontre un large écho. La présence de policiers en civil aux abords de l’établissement pour protéger les élèves et professeurs n’aura pas suffi à mettre fin au mouvement de grève.

>> Rues désertes et écoles fermées : opération "ville morte" dans les régions anglophones du Cameroun

Depuis novembre, la minorité anglophone du Cameroun - environ 20 % de la population totale du pays estimée à 22 millions d'habitants - manifeste contre le pouvoir central, s'estimant marginalisée. Les modérés exigent le retour au fédéralisme, alors que des radicaux prônent la partition du pays. Yaoundé n'est favorable à aucune de ces options.

Avec AFP

Première publication : 25/01/2017

  • CAMEROUN

    Cameroun : pourquoi les anglophones se rebiffent

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Au Cameroun, les anglophones dénoncent leur "marginalisation" face aux francophones

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Cameroun : le journaliste de RFI Ahmed Abba maintenu derrière les barreaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)