Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : Les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'art de perdre, d'Alice Zeniter

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit: "si tu reviens, j'annule tout ?"

En savoir plus

FOCUS

Italie : vers l'autonomie de la Lombardie et de la Vénitie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, Sarkozy, les policiers et le football"

En savoir plus

Afrique

RD Congo : Étienne Tshisekedi, disparition d'une icône

© Eduardo Soteras, AFP | Étienne Tshisekedi a succombé, mercredi, à une embolie pulmonaire.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/02/2017

Personnage extrêmement populaire en RD Congo, symbole de la résistance, Étienne Tshisekedi s'est éteint mercredi. Opposant historique aux dirigeants en place à Kinshasa, c'est auprès de Mobutu qu'il débuta sa longue carrière politique. Portait.

Étienne Tshisekedi, mort mercredi 1er février en Belgique à l'âge de 84 ans, a marqué de son empreinte la vie politique de la République démocratique du Congo, d'abord comme pilier du régime du dictateur Mobutu avant de se muer en éternel opposant aux dirigeants en place à Kinshasa.

"Tshitshi", comme le surnommaient ses partisans, avait quitté la capitale congolaise pour Bruxelles le 24 janvier à la suite d'une brusque dégradation de son état de santé.

Son parti négociait alors avec les alliés du président Joseph Kabila un partage du pouvoir jusqu'à la prochaine élection présidentielle, censée avoir lieu fin 2017 en vertu d'un accord politique signé le 31 décembre.

>> À lire : la désignation du Premier ministre, principal point de blocage en RD Congo

Battu en novembre 2011 à l'issue d'un scrutin entaché d'irrégularités, il aura refusé jusqu'au bout de reconnaître la légitimité de Kabila. Se proclamant "président élu" après la publication des résultats officiels de cette élection, "le Vieux", comme l'appellent ses compagnons, s'engage alors dans une politique de boycottage des institutions qui va profondément affaiblir son parti, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

En août 2014, il est évacué de Kinshasa vers la capitale belge à bord d'un avion médicalisé. En convalescence, il semble très diminué et n'apparaît presque plus en public. Il ne reviendra que fin juillet 2016, accueilli triomphalement par des centaines de milliers de personnes.

De taille moyenne, les épaules larges et la tête ronde toujours coiffée d'une casquette, M. Tshisekedi cachait sous des airs bonhommes un caractère entêté, autoritaire et imprévisible.

"Le Sphinx"

Dès les première heures de l'indépendance du pays en 1960, "le Sphinx", un autre de ses surnoms, a accompagné l'ascension de Joseph-Désiré Mobutu, qui allait plus tard régner d'une main de fer pendant 32 ans sur le pays, rebaptisé entre-temps Zaïre.

Né le 14 décembre 1932 à Kananga, au Kasaï, région du centre de ce qui était alors le Congo belge, Étienne Tshisekedi wa Mulumba est encore étudiant, en septembre 1960, lors du premier coup d'État de Mobutu, qui "neutralise" le président Joseph Kasa-Vubu et son Premier ministre Patrice Lumumba, en guerre ouverte l'un contre l'autre.

>> À lire : Goma la volcanique entre résignation et révolte

Il devient alors commissaire-adjoint à la Justice dans le gouvernement transitoire qui fera arrêter en janvier 1961 Lumumba, héros de l'indépendance dont l'assassinat, quelques jours plus tard, sera sous-traité aux rebelles sécessionnistes du Katanga.

Étienne Tshisekedi fut un pilier du régime du dictateur Mobutu avant de se muer en éternel opposant aux dirigeants en place à Kinshasa. © Hocine Zaouar, AFP

La même année, Étienne Tshisekedi devient le premier docteur en Droit du Congo indépendant. Après le coup d'État de Mobutu en novembre 1965, il enchaîne les portefeuilles (Intérieur, Justice, Plan). En 1966, il justifie comme une "action préventive" la pendaison publique de quatre hauts fonctionnaires accusés de complot contre le chef de l'État à qui l'on aura préalablement crevé les yeux.

Dès 1969, cependant, son étoile semble se ternir dans la galaxie mobutiste. Certains de ses proches disent qu'il commence à prendre ses distances, mais, s'il n'est plus ministre, il continue d'enchaîner des postes haut placés dans l'appareil d'État.

"Courageux autant que têtu"

La rupture survient en 1980. Il cosigne une lettre ouverte au "Citoyen Président-Fondateur" dans laquelle treize députés dénoncent les dérives dictatoriales d'un régime kleptocratique.

Après un premier séjour en prison, il est libéré en 1982 et participe dans la clandestinité à la fondation de l'UDPS, parti constitué pratiquement sur une base monoethnique luba kasaïenne. À la faveur de l'ouverture démocratique, il est élu Premier ministre en 1992. Il ne tiendra que quelques mois.

Après la chute de Mobutu en 1997, il s'oppose rapidement à son tombeur, le rebelle Laurent-Désiré Kabila, père de l'actuel chef de l'État. C'était un homme "plutôt courageux autant que têtu", se souvient un spécialiste du Congo, notant que Tshisekedi s'est levé "devant Laurent-Désiré Kabila à une époque où il était bien le seul à le faire".

À l'issue de la deuxième guerre du Congo (1998-2003), Tshisekedi, qui a toujours prôné le combat politique non violent, refuse de participer au gouvernement de transition et s'installe dans le rôle de l'irréductible opposant, refusant de participer en 2006 aux premières élections libres depuis l'indépendance du pays.

Dans les derniers mois de sa vie, il aura multiplié les consignes contradictoires. Refusant de participer en septembre au "dialogue national" proposé par M. Kabila, le Sphinx appelle le peuple à descendre dans la rue jusqu'à ce que le chef de l'État cède la place. Mais il finit par donner son aval à la participation de l'UDPS aux négociations ayant débouché sur l'accord du 31 décembre, qui consacre le maintien au pouvoir de Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat.

Première publication : 02/02/2017

  • FOOTBALL

    CAN-2017 : pour le sélectionneur Florent Ibenge, la RD Congo "a montré un football agréable"

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    CAN-2017 : le Ghana se qualifie en demi-finale au dépens de la RD Congo

    En savoir plus

  • RD Congo

    RD Congo : au moins 15 Bantous tués dans des heurts intercommunautaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)