Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardifs sont rarement désintéressés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FOCUS

Trois ans après l'annexion, un pont entre la Russie et la Crimée cher à Vladimir Poutine

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fellag : 60 ans d’histoire de l’Algérie revisités avec humour et tendresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Brexit, début de l'implosion du Royaume-Uni ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Qatar va investir 5 milliards de livres au Royaume-Uni

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mystère Fillon"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc : après 5 mois de blocage, un gouvernement voit le jour

En savoir plus

Présidentielle: Bayrou lie Macron et "l'hypercapitalisme"

© AFP | Le président du MoDem François Bayrou, dans le studio de la chaîne TF1 à Boulogne-Billancourt le 31 janvier 2017

PARIS (AFP) - 

Le président du MoDem François Bayrou, qui laisse planer le doute sur sa candidature à la présidentielle, a de nouveau critiqué jeudi Emmanuel Macron, qui incarne selon lui "l'hypercapitalisme qui domine le monde".

Alors que l'ancien ministre de l?Économie vient d'appeler M. Bayrou à soutenir sa candidature, ce dernier s'en est pris à la campagne du fondateur du mouvement En Marche!, dans une interview à l'émission "Face aux chrétiens" (La Croix/KTO/Radio Notre-Dame, RCF)

Interrogé sur les ralliements à M. Macron d'anciens bayrouistes comme Anne-Marie Idrac, Sylvie Goulard ou Jean Arthuis, M. Bayrou a jugé qu'"ils ne voyaient peut-être pas les implications de leur choix", selon des extraits de l'émission visionnés par l'AFP.

"Il y a une question politique de fond, historique et morale: est ce que la France avec son histoire, avec son aspiration, se rallie à ce que j'appelle l'hypercapitalisme qui domine le monde?", a lancé l'ancien candidat aux présidentielles de 2002, 2007 et 2012.

Il a aussi exprimé des critiques sur les importantes levées de fonds du candidat Macron, en estimant qu'avec les déductions d'impôt sur le revenu des dons politiques, "c'est le contribuable qui paie".

"Ils donnent, mais ils ne paient pas. Qui paie? C'est le contribuable qui paie", a-t-il dit, jugeant que cela posait "une question démocratique", parce que "c'est une sorte de suffrage censitaire".

Quant à la question de son éventuelle quatrième candidature à la présidentielle, qui revient sur le devant de la scène avec les difficultés de François Fillon à droite, "je reste libre de ma décision", a dit M. Bayrou.

"Si je reconnaissais dans un des candidats (...) des idées compatibles avec celles que je porte et s'il reconnaissait lui-même cette comptabilité pour que nous puissions discuter comme des esprits libres, (...) je préfèrerais les rassemblements", a-t-il déclaré.

Les dons aux partis politiques et aux candidats peuvent effectivement être déduits intégralement du revenu fiscal déclaré par chaque contribuable. Ces dons sont toutefois plafonnés à 7.500 euros par personne et 15.000 euros par ménage fiscal, et le donateur, en fonction de sa tranche d'impôt sur le revenu, paie après déduction fiscale entre 55% et 100% de son don.

© 2017 AFP