Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

ETATS-UNIS

États-Unis : pour le chef du Pentagone, l'Iran est "le plus grand État soutenant le terrorisme"

© Toru Yamanaka, AFP | Après un tir de missiles, James Matis a qualifié l'Iran de "plus grand État soutenant le terrorisme au monde".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/02/2017

Le secrétaire d'État américain à la Défense James Mattis a qualifié l'Iran de "plus grand État soutenant le terrorisme au monde", après que l'Iran a mené samedi des exercices militaires incluant des missiles.

La déclaration ne risque pas de désamorcer l'escalade de tensions entre l'Iran et l'administration Trump. Samedi 4 février, le secrétaire d'État à la Défense James Mattis a affirmé que l'Iran était "le plus grand État soutenant le terrorisme au monde" après que l'Iran a mené des exerices militaires incluant des missiles.

Ces exercices ont eu lieu dans la région de Semnan (nord-est), au lendemain de nouvelles sanctions américaines imposées à l'Iran en réponse à un tir de missile balistique le 29 janvier qui a provoqué la colère des États-Unis. Selon les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne, l'objectif des manœuvres est de montrer "la totale préparation à affronter les menaces" et "les sanctions humiliantes" contre l'Iran.

Vendredi, l'annonce des nouvelles sanctions américaines a entraîné la riposte immédiate du gouvernement iranien qui a annoncé des mesures de réciprocité visant "des individus et des entreprises américaines" soutenant des groupes "terroristes".

Depuis l'investiture de Donald Trump le 20 janvier, le ton n'a cessé de monter entre Washington et Téhéran, qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, quelques mois après la révolution islamique de 1979 et l'invasion de l'ambassade américaine par des étudiants islamiques. Grand adepte de Twitter, le nouveau président ne fait rien pour désamorcer la situation en y multipliant les menaces.

Avec AFP
 

Première publication : 04/02/2017

COMMENTAIRE(S)