Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"L'Italie cède au diktat de l'Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guy Forget : "C'est une nouvelle version du tournoi de Roland-Garros"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

Amériques

La Maison blanche fait appel du blocage du décret anti-immigration

© Joe Raedle, Getty images, AFP | Des manifestants se sont rassemblés samedi 4 février 2017 près de la résidence de Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride, où le président Trump passe le week-end.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/02/2017

Après qu'un juge fédéral a bloqué le décret anti-immigration signé par Donald Trump, son administration a fait appel samedi soir de cette décision.

L’administration de Donald Trump avait promis de réagir au blocage du décret anti-immigration signé par Donald Trump. Elle a fait appel samedi 4 février dans la soirée de l'injonction émise par un juge fédéral de Seattle et valable sur l'ensemble du territoire américain, le temps qu'une plainte déposée lundi par le ministre de la Justice de l'État de Washington soit examinée sur le fond.

Le nouveau président américain Donald Trump a réagi, comme à son habitude, sur Twitter, affirmant que "parce que l'interdiction [pour les ressortissants de sept pays musulmans d'entrer aux États-Unis, ndlr] a été levée par un juge, beaucoup de personnes mauvaises et dangereuses pourraient se déverser dans notre pays".

Les conséquences de la décision du juge James Robart se sont traduites dès samedi par un renversement - au moins temporaire - des restrictions imposées par le décret. Le ministère de la Sécurité intérieure a affirmé "qu'en accord avec la décision du juge" il avait "suspendu toutes les actions qui mettent en œuvre" le décret. La diplomatie américaine a de son côté annoncé être revenue sur la suspension de quelque 60 000 visas.

>> À lire : "États-Unis : confusion dans les aéroports après le décret sur l'immigration de Trump"

Ce décret, qui a engendré une vague d'indignation et de protestations à travers le monde, fermait les portes des États-Unis pendant trois mois aux ressortissants d'Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, et Yémen, le temps que les autorités américaines revoient leur dispositif anti-terroriste. Il prévoyait également l'interdiction de tous les réfugiés, ainsi que celle des Syriens indéfiniment.

Une semaine après la signature de ce texte, la colère reste intacte à travers le monde , et plusieurs milliers de personnes ont manifesté encore samedi de Washington à Paris, en passant par Londres et Berlin. À New York, quelque 3 000 personnes ont répondu à l'appel de la communauté homosexuelle pour témoigner de leur solidarité avec les musulmans et tous ceux qui pourraient être affectées par le décret.

Deux mille manifestants ont également défilé samedi soir à West Palm Beach, en Floride, tout près de la résidence de Mar-a-Lago où Donald Trump passe le week-end avec sa famille.

Avec AFP
 

Première publication : 05/02/2017

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : pour le chef du Pentagone, l'Iran est "le plus grand État soutenant le terrorisme"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Lutte contre la corruption : le cadeau du Sénat américain aux pétroliers

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    #DeleteUber : le PDG, Travis Kalanick, quitte le conseil économique de Donald Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)