Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Amériques

Décret anti-immigration : Facebook, Google, Microsoft, Twitter contestent devant la justice

© Joe Raedle, Getty images North America, AFP (Archive) | Google fait partie des entreprises américaines qui ont demandé le retrait du décret anti-immigration de Donald Trump.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/02/2017

En pleine polémique sur le décret anti-immigration pris par Donald Trump, des entreprises de la Silicon Valley ont décidé de s'y opposer. Facebook, Google, Microsoft ou encore Twitter ont déposé une requête en justice.

Plusieurs dizaines d'entreprises de la Silicon Valley, dont Facebook, Google, Microsoft, Twitter et Apple, ont déposé lundi 6 janvier une requête en justice contre le décret de Donald Trump limitant l'immigration de pays considérés à risques par le président américain.

>> À lire : D’Uber à Google, la Silicon Valley face au décret anti-immigration de Trump

Ce document accuse le décret d'avoir pour conséquences "d'infliger des dommages importants au commerce américain, à l'innovation et à la croissance" du secteur des affaires. Nombre de grands groupes américains, en particulier ceux de la Silicon Valley, emploient des milliers d'ingénieurs étrangers.

La fortune des immigrés et de leurs enfants

Le texte note aussi que les "immigrants ou leurs enfants ont fondé plus de 200 des entreprises figurant sur la liste Fortune 500" (500 entreprises mondiales classées selon l'importance de leur chiffre d'affaires, NDLR).

Le décret, peut-on lire encore, "marque une rupture importante par rapport aux principes d'équité et de prévisibilité qui ont commandé le système d'immigration des
États-Unis pendant plus de cinquante ans".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/02/2017

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : pour le chef du Pentagone, l'Iran est "le plus grand État soutenant le terrorisme"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Lutte contre la corruption : le cadeau du Sénat américain aux pétroliers

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    #DeleteUber : le PDG, Travis Kalanick, quitte le conseil économique de Donald Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)