Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Forum économique mondial : les États-Unis de retour à Davos

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le vice-président américain Mike Pence en Israël

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le nouveau président, George Weah, prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

FRANCE

La garde à vue de l’assaillant du Louvre levée à cause de la dégradation de son état de santé

© Jacques Demarthon, AFP | Le suspect a attaqué une patrouille de militaires de l'opération Sentinelle au carrousel du Louvre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/02/2017

L'homme qui a attaqué des militaires au Carrousel du Louvre, un Égyptien de 29 ans, a confirmé son identité et livré sa version des faits. Mais son état de santé s'est fortement dégradé mardi, rendant impossible la poursuite de sa garde à vue.

Le suspect de l'attaque au Carrousel du Louvre, en garde à vue à l'hôpital, a commencé à répondre aux questions des enquêteurs lundi 6 février. Il a ainsi décliné son identité, a-t-on appris mardi de source proche de l'enquête. Mais son état de santé s'est fortement dégradé dans la soirée, rendant impossible la poursuite de sa garde à vue.

"La garde à vue a été levée en début de soirée en raison de l'incompatibilité de la poursuite de cette mesure avec l'état de santé du mis en cause", a indiqué une source judiciaire.

Le suspect était au Louvre cinq jours avant l'attaque

Quelques heures après l'arrestation de l'assaillant, vendredi dernier, le procureur de Paris François Molins avait indiqué que le suspect ne portait pas de papiers sur lui, et que son identité n'avait pas été formellement établie. Mais comme le laissaient penser les premiers éléments de l'enquête, le suspect a confirmé être Abdallah El-Hamahmy, un Égyptien de 29 ans.

Placé en garde à vue depuis samedi soir, le suspect, blessé par des tirs de riposte d'un militaire lors de l'attaque, était dans un premier temps resté silencieux face aux questions des enquêteurs venus l'interroger à deux reprises, à l'hôpital européen Georges-Pompidou.

Par ailleurs, l'enquête a révélé, d'après des images de vidéosurveillance, que l'homme était déjà venu au matin du 29 janvier, soit cinq jours avant son attaque avortée, au Carrousel puis dans le musée du Louvre, se glissant parmi un groupe de visiteurs, a indiqué une source proche de l'enquête, confirmant une information du Figaro.

Aucune revendication

Dans la galerie marchande du Carrousel du Louvre, l'agresseur, une machette dans chaque main, avait foncé sur une patrouille de militaires en criant "Allah Akbar". Un premier soldat a été légèrement blessé, un second a tenté de repousser l'assaillant sans user de son arme, avant de tirer à quatre reprises, le blessant grièvement.

Son mode opératoire a conduit le procureur de Paris à ouvrir une enquête en flagrance du chef de tentatives d'assassinats aggravées en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Pour l'instant, l'attaque n'a pas été revendiquée et aucune allégeance à un groupe jihadiste n'a été trouvée lors de la perquisition dans l'appartement loué par le suspect à Paris. Des enquêteurs ont toutefois retrouvé sur un compte Twitter à son nom des messages exaltés où il semble apporter son soutien au groupe jihadiste État islamique (EI). 

Avec AFP et Reuters

Première publication : 07/02/2017

  • FRANCE

    L’assaillant du Louvre refuse de parler aux enquêteurs lors de sa première audition

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attaque au Louvre : forte affluence pour la réouverture du musée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le jihadiste Kevin G., de retour de Syrie, mis en examen et écroué en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)