Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Battre le FN ne suffit pas"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Pen - Macron : deux programmes économiques que tout oppose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Présidentielle : le double 21 avril"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun anglophone : internet rétabli après 3 mois de coupure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

Afrique

Vidéo : bagarre au Parlement sud-africain avant un discours du président Zuma

© Sumaya Hisman, Pool, AFP | Des élus de l'opposition mécontents ont été violemment expulsés par les forces de sécurité.

Vidéo par Perrine KETELS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/02/2017

Scène surréaliste jeudi au Parlement sud-africain : une bagarre a éclaté avant le discours à la Nation du président Jacob Zuma. Les députés d'opposition demandent sa démission après sa condamnation pour violation de la Constitution.

Le discours à la Nation du président sud-africain Jacob Zuma, dont des députés d'opposition exigent la démission, a donné lieu jeudi 9 février à l'expulsion violente de députés qui tentaient de l'empêcher de s'exprimer.

Une trentaine d'agents de sécurité ont été envoyés pour faire sortir de force les députés d'opposition du parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF). Pendant plus d'une heure, ces derniers, vêtus de leurs traditionnelles tenues rouges de mineurs et de femme de ménage, avaient interrompu le président Zuma, estimant qu'il n'était pas légitime pour s'exprimer après sa condamnation pour viol de la Constitution.

>> À lire : Le Parlement sud-africain rejette une motion de défiance contre le président Zuma

Zuma, principal responsable de la défaite électorale

En mars, la justice avait en effet reconnu le chef de l'État coupable d'avoir fait payer par le Trésor public des travaux de modernisation de sa résidence privée du KwaZulu-Natal, dans l'est du pays. Il a depuis remboursé une petite partie de la somme, soit un demi-million d'euros.

L'année 2016 a été difficile pour Jacob Zuma, puisqu'il est considéré comme le principal responsable de la défaite électorale en août de son parti, mis en minorité dans quatre des six plus grandes villes du pays.

Avec AFP

Première publication : 10/02/2017

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : le président Zuma renonce à bloquer la sortie d'un rapport sur la corruption

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    En Afrique du Sud, des municipales aux allures de référendum pour ou contre Zuma

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Le président sud-africain Zuma défend sa bonne foi après son revers devant la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)