Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande, Macron, passage de témoin"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christian Prudhomme : "Le Tour de France est plus qu'une compétition cycliste"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Politique migratoire : une solution introuvable au niveau européen ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences dans le Kasaï : le pouvoir congolais est responsable, selon Félix Tshisekedi

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mossoul et Raqqa, des batailles perdues pour les jihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel en France : une nouvelle ère ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Vidéo : le sport comme tremplin d'émancipation pour les Iraniennes

© AFP | Téhéran accueille depuis vendredi 10 février le championnat du monde féminin d'échecs. La championne américaine a refusé d'y participer, ne souhaitant pas jouer avec un voile.

Vidéo par Mariam PIRZADEH , Mahmoud HAMEDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/02/2017

Les Iraniennes sont de plus en plus nombreuses à se servir du sport comme d'un tremplin pour gagner une place dans la société iranienne. Sportives, elles conservent néanmoins les codes de la république islamique. Reportage.

Sara Khademal Sharieh a 19 ans. Championne iranienne d’échecs, elle ressemble à n'importe quelle joueuse dans le monde, à un détail près : Sara porte un voile lors de chaque compétition, en vertu des lois de la République islamique. Comme elle, de nombreuses iraniennes sont des sportives accomplies, tout en respectant les codes du pays dans lequel elles ont grandi.

Elles doivent porter un voile et se couvrir le corps. Une contrainte qui a poussé certaines athlètes à boycotter des compétitions en Iran. La dernière polémique en date concerne le championnat du monde féminin d'échecs qui se tient depuis vendredi 10 février à Téhéran. La championne américaine a déclaré qu'elle n'y participera pas, refusant de se voiler.

"Celles pour qui c'est dur de porter un voile, je ne peux pas juger si c'est bien ou mal : c'est ce qu'elles ressentent. Par contre, celles qui ont dit que ne pas venir aiderait les Iraniennes, c'est faux à mon avis", se désole Sara.

Rêve de Jeux olympiques

Certaines ont déjà commencé à faire bouger les lignes, comme ces jeunes femmes qui ont créée il y a quatre ans la première équipe féminine iranienne de hockey. "La première chose qui nous a frappé pendant les compétitions internationales, c'est vraiment le regard des autres. Ils se disaient : 'Oh là, comment elles arrivent à jouer avec leurs voiles ?' La vérité, c'est que nous y allons surtout pour jouer, pour faire valoir nos droits, pour montrer que nous sommes là et que nous pouvons jouer !", explique Bita Mohsenizadeh, membre de l'équipe.

À 27 ans, Bita voudrait désormais voir son équipe gagner une médaille d'or. Elle rêve de Jeux olympiques. S'illustrer dans le domaine sportif serait l'une des solutions trouvées par les Iraniennes pour se faire une place dans la société.

Première publication : 11/02/2017

  • ÉCONOMIE

    L'avenir de Total en Iran est suspendu aux décisions de Trump

    En savoir plus

  • SPORT

    Volleyeuses et voilées, deux Iraniennes créent l'émoi en Bulgarie

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : pour le chef du Pentagone, l'Iran est "le plus grand État soutenant le terrorisme"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)