Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique" pour la Colombie

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron, l'Européen

En savoir plus

TECH 24

Passe ton code d'abord !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Année France-Colombie : le pays andin à l’honneur dans l’Hexagone

En savoir plus

FOCUS

Réchauffement climatique : un danger pour le vin français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Sénégal : en Casamance, l'espoir d'une nouvelle ère

En savoir plus

MODE

Croisière : embarquement immédiat pour les collections Dior et Chanel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Theresa, pas besoin de partir!"

En savoir plus

Amériques

Roman Polanski veut retourner aux États-Unis pour mettre fin aux poursuites

© Janek Skarzinski, AFP | Roman Polanski est accusé par la justice américaine du viol, en 1977, d'une mineure de 13 ans.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/02/2017

Roman Polanski pourrait retourner aux États-Unis afin de mettre un terme à l'affaire de viol d'une mineure de 13 ans, qui le poursuit depuis quarante ans. Le cinéaste franco-polonais veut toutefois avoir la garantie qu'il ne sera pas incarcéré.

Roman Polanski a émis le souhait de retourner aux États-Unis pour mettre fin à l'affaire de viol d'une mineure, qui le poursuit depuis quarante ans, a fait savoir l’un de ses avocats, jeudi 16 février. Le réalisateur franco-polonais de 83 ans veut toutefois avoir la garantie qu'il ne sera pas incarcéré, avant de faire le déplacement outre-Atlantique.

Les avocats du cinéaste entendent faire appliquer un accord amiable mentionné dans un document sous scellé, selon lequel un procureur aurait accepté qu'il ne serve que 48 jours derrière les barreaux pour le viol en 1977 de Samantha Gailey, qui avait alors 13 ans.

>> À voir : Roman Polanski renonce aux César

Roman Polanski avait purgé 42 jours de réclusion à l’époque avant d’être relâché. C’est plus tard, assurent ses défenseurs, que le juge Laurence Rittenband est revenu sur l'accord et déclaré que le cinéaste devait passer jusqu'à 50 années de prison. Décision qui avait déclenché sa fuite en Europe.

Accord amiable

"Après la confirmation du contenu" des minutes de l'accord amiable, ses avocats veulent aussi faire reconnaître une décision de la Cour Suprême polonaise qui a mis fin, en décembre, à la procédure d'extradition du cinéaste vers les États-Unis, une procédure initiée par un procureur américain, ont-ils également fait valoir à l'AFP jeudi. Si le juge Gordon de Los Angeles reconnaît l'accord amiable et le refus d'extradition de la Cour polonaise, "Roman peut venir à Los Angeles et au tribunal sans craindre d'être détenu", souligne l’un de ses avocats à l'AFP.

>> À lire : La victime de Roman Polanski se raconte dans un livre

Le cinéaste franco-polonais est accusé d'avoir drogué, fait prendre de l'alcool et violé Samantha Gailey en Californie, lors d'un reportage photos. Il a reconnu une relation sexuelle avec elle mais dément l'avoir violée. L'affaire, qui a rebondi ces huit dernières années après avoir été en suspens pendant des décennies, hante le cinéaste, qui a dû renoncer à présider la 42e cérémonie des César sous la pression d'associations.
 

Première publication : 16/02/2017

  • CINEMA

    Après la polémique, Roman Polanski renonce à présider les César

    En savoir plus

  • JUSTICE

    La Cour suprême de Pologne refuse l'extradition de Roman Polanski vers les États-Unis

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    La victime de Roman Polanski se raconte dans un livre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)