Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Wilbur Ross, l'homme qui va renégocier les traités

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nous sommes Deniz Yücel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Perturbateurs endocriniens: se laver tue ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat déjoué en Algérie : Constantine, la 3ème ville du pays menacée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne

En savoir plus

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

Chine: la dette s'affole, Pékin resserre la vis en douceur

© AFP/Archives / Par Julien GIRAULT | Dette galopante, croissance dopée aux dépenses publiques, bulle immobilière: les risques s'amoncellent en Chine

PÉKIN (AFP) - 

Dette galopante, croissance dopée aux dépenses publiques, bulle immobilière: les risques s'amoncellent en Chine, incitant Pékin à resserrer en douceur sa politique monétaire pour désamorcer la bombe à retardement que constitue la "finance de l'ombre".

Vertige: les banques chinoises ont accordé en janvier des prêts pour 2.030 milliards de yuans (278 milliards d'euros), soit deux fois plus qu'en décembre et trois fois plus qu'en novembre.

Ce montant, l'équivalent du PIB annuel de l'Irlande ou de l'Afrique du Sud, vient grossir une dette chinoise (publique et privée) qui dépassait 270% du PIB du pays fin 2016.

Certes, la deuxième économie mondiale s'est maintenue l'an dernier, avec une croissance de 6,7%, dans la fourchette fixée par le régime. "Mais à quel prix? Un gonflement toujours accru de l'endettement", s'inquiète Andrew Fennell, de l'agence de notation Fitch.

"L'expansion des dépenses publiques", via des chantiers d'infrastructures et les groupes d'Etat, "n'est pas tenable", poursuit-il, pointant de "graves dangers de déstabilisation".

"La dépendance à une croissance dopée au crédit pose le risque d'un atterrissage économique brutal", renchérit Standard & Poor's.

Avec ses multiples baisses de taux d'intérêt entre fin 2014 et 2016, la banque centrale (PBOC) désirait stimuler l'activité en amoindrissant le coût du crédit.

- 'Exercice de funambule' -

Mais ces flots de liquidités disponibles à peu de frais ont alimenté la spéculation dans les matières premières, le bitcoin, et surtout l'immobilier: le prix moyen du m2 a bondi l'an dernier de 49% à Shenzhen (sud), de 14% à Pékin, de 38% à Nankin...

"Cela n'a aucune utilité pour l'économie réelle! Une telle croissance du PIB n'a pas d'intérêt", indique à l'AFP Zhong Pengrong, économiste et directeur du cabinet Shiye. "Et ces chantiers sont à crédit! Si le marché s'effondre, le risque est immense".

Conscientes du danger, des municipalités ont durci fin 2016 les restrictions sur les acquisitions d'appartements. Mais la surchauffe persiste, avec un record de prêts immobiliers en janvier (un tiers des prêts bancaires).

La PBOC, elle, souffle le chaud et le froid. Elle a injecté des liquidités supplémentaires dans le système avant le nouvel an lunaire, période où la demande de cash est traditionnellement forte.

Mais elle a ensuite opéré début février un resserrement inattendu en relevant d'un dixième de point ses taux courts (7 à 28 jours) sur le marché monétaire, pour la première fois en quatre ans.

"L'objectif est de relever graduellement le coût du financement des établissements bancaires", sans provoquer d'affolement en touchant aux taux directeurs, décrypte Wei Yao, de Société Générale.

"Un exercice de funambule: vu le fort endettement et les bilans des banques, le système est vulnérable aux fluctuations trop rapides de la liquidité", poursuit-elle. "Le désendettement est un processus long à orchestrer avec doigté".

La nette remontée de l'inflation (2,5% sur un an en janvier, contre moins de 1% début 2015) pourrait cependant inciter la PBOC à accélérer le processus.

Par ailleurs, les menaces de défauts de paiement d'entreprises s'intensifient, menaçant de faire exploser la "finance de l'ombre", ce secteur du crédit non régulé en plein essor.

"Le potentiel de crise financière (...) ne pourra s'estomper que grâce aux réformes structurelles et à l'innovation", conclut M. Zhong. La Chine s'efforce de rééquilibrer son économie au profit des services et de la consommation intérieure, "mais cela prendra du temps".

Par Julien GIRAULT

© 2017 AFP