Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée, une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

EUROPE

La sœur du roi d'Espagne relaxée, son mari condamné pour corruption

© Gérard Julien, AFP (archives) | L'infante Cristina d'Espagne et son mari Iñaki Urdangarin devant le tribunal de Palma de Majorque, le 11 janvier 2016.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2017

Poursuivie pour complicité de fraude fiscale, Cristina de Bourbon, la sœur de Felipe VI, a été relaxée vendredi par la justice espagnole. Son mari a en revanche été condamné à six ans et trois mois de prison pour des malversations.

Les juges auront pris plus de sept mois pour rendre leur jugement dans une affaire ultrasensible pour la monarchie : la sœur du roi d'Espagne, Cristina de Bourbon, a été relaxée vendredi 17 février par le tribunal qui la jugeait pour complicité de fraude fiscale, mais son mari condamné à six ans et trois mois de prison pour des malversations.

Le tribunal des îles Baléares, à Palma de Majorque, a innocenté l'infante Cristina, soupçonnée de complicité de fraude fiscale, mais jugé coupable son époux, Iñaki Urdangarin, qui était accusé d'avoir, avec un associé, détourné plusieurs millions d'euros de subventions attribuées à une fondation qu'il présidait.

La seconde fille de Juan Carlos et Sofia a toujours soutenu qu'elle ne savait rien de ces affaires et faisait une confiance aveugle à son époux, dont elle refuse de divorcer malgré les pressions de la maison royale, qui tente de limiter les effets toxiques de l'affaire sur la monarchie.

Avec AFP

Première publication : 17/02/2017

  • ESPAGNE

    En Espagne, l'infante Cristina jugée pour fraude et corruption

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le roi Juan Carlos au cœur d'une polémique après un voyage au Botswana

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Felipe VI, futur roi d’Espagne, un rôle taillé sur mesure

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)