Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Chez nous", le populisme en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Procès du Novotel d'Abidjan : 10 personnes accusés d'assassinat et séquestration

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre l’organisation ei en Irak : l'étau se resserre sur Mossoul

En savoir plus

EUROPE

La sœur du roi d'Espagne relaxée, son mari condamné pour corruption

© Gérard Julien, AFP (archives) | L'infante Cristina d'Espagne et son mari Iñaki Urdangarin devant le tribunal de Palma de Majorque, le 11 janvier 2016.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2017

Poursuivie pour complicité de fraude fiscale, Cristina de Bourbon, la sœur de Felipe VI, a été relaxée vendredi par la justice espagnole. Son mari a en revanche été condamné à six ans et trois mois de prison pour des malversations.

Les juges auront pris plus de sept mois pour rendre leur jugement dans une affaire ultrasensible pour la monarchie : la sœur du roi d'Espagne, Cristina de Bourbon, a été relaxée vendredi 17 février par le tribunal qui la jugeait pour complicité de fraude fiscale, mais son mari condamné à six ans et trois mois de prison pour des malversations.

Le tribunal des îles Baléares, à Palma de Majorque, a innocenté l'infante Cristina, soupçonnée de complicité de fraude fiscale, mais jugé coupable son époux, Iñaki Urdangarin, qui était accusé d'avoir, avec un associé, détourné plusieurs millions d'euros de subventions attribuées à une fondation qu'il présidait.

La seconde fille de Juan Carlos et Sofia a toujours soutenu qu'elle ne savait rien de ces affaires et faisait une confiance aveugle à son époux, dont elle refuse de divorcer malgré les pressions de la maison royale, qui tente de limiter les effets toxiques de l'affaire sur la monarchie.

Avec AFP

Première publication : 17/02/2017

  • ESPAGNE

    En Espagne, l'infante Cristina jugée pour fraude et corruption

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Felipe VI, futur roi d’Espagne, un rôle taillé sur mesure

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le roi Juan Carlos au cœur d'une polémique après un voyage au Botswana

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)