Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

Amériques

Paris et Berlin rassurés par la position de Washington sur la Syrie

© Brendan Smialowski, AFP | Rex Tillerson (à droite) a participé le 17 février à une réunion sur la Syrie avec les pays soutenant l'opposition, en marge du G20, à Bonn.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2017

Les pays occidentaux soutenant l'opposition syrienne se sont réunis vendredi avec le nouveau secrétaire d'État américain, à Bonn, en marge d'un G20. Ils se disent rassurés par la position de Washington sur le conflit syrien.

Pour la première fois depuis l'entrée en fonction de l'administration Trump, une dizaine de pays occidentaux et arabes, ainsi que la Turquie et l'Union européenne, soutenant l'opposition syrienne se sont réunis vendredi 17 février avec le secrétaire d'État américain Rex Tillerson, à Bonn, en marge d'un G20.

À l'issue de la rencontre, Berlin et Paris ont manifesté leur soulagement : "Il est apparu clairement que nous voulons dans tous les cas une solution politique [au conflit syrien] dans le cadre de l'ONU", a déclaré le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, hôte de la réunion du G20.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a, lui, réaffirmé qu’il était "important et nécessaire qu'il y ait un dialogue étroit avec les États-Unis sur cette question syrienne [...] nous avons vérifié ce matin que nous étions tous bien d'accord".

Pas de négociation avec la Russie sans distanciation vis-à-vis de Damas

Les pourparlers de paix entre le régime de Damas et l'opposition doivent reprendre jeudi prochain à Genève. Mais trois sessions de négociations n'ont jamais permis d'avancer en raison du fossé immense entre les belligérants sur les contours de la transition politique dans le pays et le sort du président Bachar al-Assad.

>> À lire sur France 24 : "Syrie : les rebelles dénoncent les accrocs à la trêve et gèlent les pourparlers"

Selon une source occidentale, Rex Tillerson a été très clair sur la nécessité d'envoyer des messages aux Russes qui soutiennent le régime de Bachar al-Assad : "Il nous a expliqué qu'il n'y aurait pas de coopération militaire avec les Russes tant qu'ils ne se distancieraient pas de la position de Damas au sujet de l'opposition".

Outre la Syrie, le secrétaire d’État américain avait tenu la veille des propos fermes sur la Russie, notamment sur le maintien des sanctions tant que les accords de paix ne seraient pas mis en œuvre en Ukraine. Des déclarations qui ont rassuré ses partenaires alors que la Maison Blanche à Washington est plongée dans la cacophonie à la suite des révélations du New York sur des contacts entre l’équipe de campagne de Donald Trump et les services de renseignement russes l’année dernière.

Avec AFP
 

Première publication : 17/02/2017

  • SYRIE

    Syrie : des soldats turcs et des rebelles syriens entrent dans Al-Bab, fief de l'EI

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Russie forcée d'intervenir après un accrochage entre rebelles et loyalistes syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : des milliers de pendaisons secrètes à la prison de Saydnaya, dénonce Amnesty

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)