Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

G5 Sahel : le don de 100 millions de dollars de Riyad

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elections sénatoriales américaines : "Thank You Alabama" inonde twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

Asie - pacifique

Meurtre de Kim Jong-nam : un Nord-Coréen arrêté en Malaisie

© Mohd Rasfan, AFP | La police malaisienne a procédé à une quatrième arrestation dans l'affaire du meurtre de Kim Jong-Nam

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2017

La police malaisienne a annoncé samedi l'arrestation d'un Nord-Coréen dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Kim Jong-nam, demi-frère du dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un, assassiné lundi dans des circonstances mystérieuses.

La police malaisienne a procédé à une quatrième arrestation vendredi 18 février dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Kim Jong-nam, demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. L'homme arrêté était en possession de documents fournis aux travailleurs étrangers qui ont permis de l'identifier comme étant Ri Jong-chol, un Nord-Coréen de 46 ans.

Des légistes malaisiens tentent d'élucider l'homicide de Kim Jong-nam perpétré lundi en Malaisie, imputé par la Corée du Sud à des agents œuvrant pour la Corée du Nord. Ces experts ont effectué vendredi des analyses d'échantillons du défunt, afin de déterminer la substance toxique qui a apparemment été aspergée sur son visage au moment où il s'apprêtait à prendre un avion à l'aéroport de Kuala Lumpur.

Dans la soirée, l'ambassadeur nord-coréenen en Malaisie, Kang Chol, est monté au créneau lors d'une déclaration à la presse faite devant la morgue. Il a affirmé que son pays rejetterait les résultats de l'autopsie, car "la Malaisie l'a imposée, sans notre autorisation et sans que nous y participions". Il a ajouté qu'il avait "fermement" demandé la restitution du corps au chef de la police malaisienne mais que ce dernier avait refusé.

Kim Jong-nam, un temps pressenti pour être l'héritier du régime nord-coréen, était tombé en disgrâce après avoir été arrêté en 2001 à l'aéroport de Tokyo avec un passeport falsifié de la République dominicaine. Il avait ensuite vécu de fait en exil avec sa famille, à Macao, Singapour ou en Chine. D'après le journaliste japonais Yoji Gomi, qui lui a consacré un livre, Kim voulait introduire des "réformes et des mesures de libéralisation comme l'avait fait la Chine".

Avec AFP

Première publication : 18/02/2017

  • MALAISIE

    La police malaisienne réclame des échantillons ADN à la famille de Kim Jong-nam

    En savoir plus

  • MALAISIE

    Une deuxième femme arrêtée en Malaisie dans l’enquête sur la mort de Kim Jong-Nam

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Corée du Nord : la mort mystérieuse de Kim Jong-nam, "petit général" critique du régime

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)