Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Dans les coulisses du Studio Harcourt

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

EUROPE

Perturbateurs endocriniens : la Commission européenne est influencée par les lobbies allemands

© Kenzo Tribouillard, AFP | Les perturbateurs endocriniens sont présents dans de nombreux produits du quotidien, comme les cosmétiques.

Vidéo par FRANCE 3

Dernière modification : 28/02/2017

La Commission européenne peine à donner une définition de ces substances chimiques omniprésentes dans notre quotidien. Dans cette bataille de santé publique, les ONG et les scientifiques dénoncent l'influence des lobbies industriels.

Qu’est-ce qu'un perturbateur endocrinien (PE) ? C’est sur cette épineuse question que les États et la Commission européenne tentent de se mettre d’accord depuis plusieurs mois. Une définition permettrait de mieux réglementer ces substances chimiques présentes dans de nombreux produits du quotidien (gels douches, cosmétiques, détergents, bouteilles en plastique, etc.) qui perturbent le système hormonal et peuvent avoir un impact néfaste sur la santé.

>> À lire sur France 24 : "Revue de presse - 'Se laver tue' "

Lors d’une réunion mardi 28 février à Bruxelles, la Commission a échoué pour la quatrième fois depuis juin 2016, à convaincre les États de voter pour sa définition. Le texte établit que "un PE est une substance qui a des effets indésirables sur la santé humaine, qui agit sur le système hormonal et dont le lien entre les deux est prouvé". Plusieurs États membres, dont la France, la Suède et le Danemark, refusent de se plier à cette vision jugée trop exigeante quant aux preuves.

L’ONG Génération Futures s’est "réjouie de ce nouveau revers essuyé par la Commission". En décembre dernier, les mêmes pays s’étaient déjà opposés à un passage du texte mentionnant "l'exposition au risque négligeable des perturbateurs endocriniens", une formule qui ouvrait la voie à l’autorisation de la plupart des substances dangereuses, alors que la durée d’exposition importe plus que la dose reçue.

"Cette version allégée ne change pas sur le fond"

Mais la nouvelle mouture n'a toujours pas convaincue. "Cette version soi-disant allégée ne présente aucun changement sur le fond", affirme à France 24 le directeur de Générations Futures, François Veillerette. "L’esprit du texte ne prévoit toujours pas de protéger la santé humaine".

ONG et scientifiques s’accordent pour dire que le texte proposé demande toujours un niveau de preuves trop élevé. "Démontrer le mode d’action endocrinien est un critère bien trop exigeant", estime François Veillerette avant de rappeler que "vingt années ont été nécessaires à démontrer celui de l’atrazine". Cet herbicide utilisé depuis les années 1960 pour maîtriser les mauvaises herbes dans les cultures de maïs, est interdit depuis janvier 2003. Il a été avéré que même à faible dose, l’exposition à l’atrazine peut nuire à la croissance du fœtus.

Pour sa part, la députée européenne d'Europe Ecologie, Michèle Rivasi, cite en exemple les PCB de Monsanto utilisés dans les peintures et les transformateurs électriques jusqu'à leur interdiction en France en 1987 : "Les effets indésirables de cette substance sur le système reproductif des mammifères ont été démontrés, même si on ne connaît pas le mode d’action de cette substance", a-t-elle rappelé à France24.

Bataille de Lobbying à Bruxelles

Générations Futures se heurte également à une dérogation, ajoutée précipitamment en décembre 2016. Cette dérogation précise que "les produits à pesticides qui sont conçus pour avoir un effet sur les organismes cibles avec un mode d'action de perturbateur endocrinien, ne pourront pas être considérés comme des perturbateurs endocriniens pour leurs effets sur les organismes non ciblés", ajoute le directeur de l'ONG. En clair : les insecticides ne peuvent pas figurer dans les produits à risques pour l’être humain.

Cette dérogation illustre la puissance du lobbying de l’industrie chimique allemande, selon François Veillerette. "On dirait que le texte a été écrit par l’industrie chimique elle-même"”, dénonce-t-il, qui affirme détenir "des publications qui remontent à 2013, où des industriels [dont Bayer et Syngenta, ndlr] soulignaient déjà l’intérêt qu’il y aurait d’avoir une dérogation pour tous ces produits".

>> À lire aussi : "Ici l'Europe - 'Les lobbies nuisent-ils gravement à la santé ?' "

Cette bataille de lobbying a été "menée de façon concertée par l’industrie des pesticides (ECPA) et l’industrie chimique (Cefic)”, affirme dans la revue Politis l’auteure de "Perturbateurs endocriniens, une bataille d’influence contre la santé", Stéphane Horel, qui a enquêté dans le dédale de la Commission européenne afin de comprendre ce qui a retardé une réglementation sur les perturbateurs endocriniens.

Face aux lobbies, la France et plusieurs autres États membres, soutenues par les ONG et les scientifiques, plaident pour que Bruxelles s’appuie sur la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) "qui ne prend en compte que les dommages constatés sur l’organisme et pas le mode d’action", précise Robert Barouki, toxicologue à l'INSERM. Les états souhaitent également un classement des perturbateurs en trois catégories plutôt qu'une, comme le souhaite Bruxelles : les "certains", dont la nocivité est avérée, les "suspects" et les "endoctrinologiquement actifs".

Dans cette bataille, conclut Générations Futures, "la Commission n’a pour l’heure pas réussi à prendre la main".

Première publication : 28/02/2017

  • Revue de presse nationale

    "Perturbateurs endocriniens: se laver tue ?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)