Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 01/03/2017

"Trump optimiste? Ne vous faites pas avoir !"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 1er mars, les réactions au discours de Donald Trump, cette nuit, devant le Congrès.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On consacre cette revue de presse internationale au discours de Donald Trump devant le Congrès.
 
Un peu plus d’un mois après son arrivée à la Maison-Blanche, le nouveau président «donne à ses intransigeantes promesses de campagne un ton plus modéré», d’après The Washington Post, qui raconte que Donald Trump a défini plus précisément ce «nouveau chapitre de la grandeur américaine» qu’il entend ouvrir, qu’il s’agisse de renouveau économique ou de puissance militaire. Un discours de 60 minutes pour asseoir sa présidence après 40 premiers jours «tumultueux», au cours duquel le président aurait affiché «son sérieux et sa compassion», tout en livrant les grandes lignes d’un programme destiné à reconstruire un pays décrit comme «ravagé par le crime et la drogue, avec des infrastructures défaillantes et une bureaucratie inefficace». «Trump appuie sur le bouton reset», commente Politico, qui parle d’une adresse au Congrès «teintée d’espoir» - un moment «placé sous le signe de l’unité après 39 jours à la Maison-Blanche chaotiques et porteurs de divisions».
 
Un ton optimiste qui suscite des réactions mélangées du côté de la presse américaine. Satisfaction du côté de Fox News, qui parle d’un «discours généralement bien accueilli», qui pourrait effectivement offrir «un nouveau départ à la jeune présidence de Donald Trump, après des débuts mouvementés, et une première séquence où les affrontements avec les médias et les controverses sur son équipe ont parfois pris le pas sur les actions entreprises sur le front de l’emploi». Beaucoup plus de circonspection, en revanche, du côté de The Hill. «Ne vous faites pas avoir par le personnage de «Trump l’optimiste»», prévient le site, pour qui le discours de cette nuit n’est «qu’un artifice de plus». «Il n’est pas devenu quelqu’un d’autre. Ses conseillers n’ont pas changé, ses idées non plus. L’optimisme soudain de Donald Trump ne convaincra que la sorte de gens qui se sentent mieux si l’agresseur qui les poignarde le fait en chantant une mélodie joyeuse». «L’optimisme ne change rien à l’affaire».
 
Réactions très partagées, également, sur les réseaux sociaux. Du côté des détracteurs de Donald Trump, c’est l’ironie qui domine. On a choisi pour vous ce Tweet, qui fait allusion au tout récent cafouillage des Oscars: «Et dire qu’on pensait que le couac de la remise du prix du meilleur film serait la plus grosse erreur à laquelle on assisterait en direct cette semaine». Un ton mordant, qui tranche avec la ferveur des partisans de Donald Trump, qui ont également réagi à la diffusion de son discours sur le compte Twitter de la Maison-Blanche. «Croyons en nous-mêmes. Croyons en notre futur. Croyons, une fois encore en l’Amérique», a déclaré le président cette nuit. «Amen», réagit un internaute. «M. le président, quel discours! vous êtes le plus grand président que j’aie connu en 47 ans d’existence», écrit un autre, qui poursuit: «vous avez fait pleurer mon beau-père qui a 82 ans et qui voulait voir un président tel que vous avant de quitter ce monde. Merci».
 
En France, Le Monde relève lui aussi le changement de ton de Donald Trump, tout en observant que le président n’a pas renié, pour autant, «les thèmes qui l’ont porté à la présidence, ni la promesse de « donner la priorité aux Américains»». Le journal qui s’est aussi intéressé à ce dont Trump n’a pas parlé - ni de la lutte contre le réchauffement climatique ni de l’automatisation, «qui constitue pourtant pour les emplois américains un danger plus grand que l’immigration illégale», d’après Le Monde, qui note que sur ce sujet, Donald Trump «n’est pas sorti de l’ambiguïté» sur le sort des millions de sans-papiers sans casier judiciaire dont il avait évoqué l’expulsion avant de se raviser, se limitant à plaider en faveur d’un système d’immigration «au mérite», inspiré des exemples canadiens et australiens. En Allemagne, le Frankfurter Allgemeine Zeitung note sa main tendue aux démocrates, perçue comme la manifestation de son talent de négociateur, de «dealmaker», comme Trump se définit lui-même. Le quotidien allemand évoque toutefois l’incrédulité de certains de ses opposants, dont fait partie l’ancien candidat démocrate à la présidentielle, Bernie Sanders - qui a réagi à la proposition de Trump de «mettre un terme aux querelles triviales» par cette déclaration: «Cet homme a attaqué les musulmans. Il a attaqué les Latinos. Il a attaqué les médias. Il a attaqué les juges qui ne sont pas allés dans son sens. Et maintenant, il en vient à la conclusion que le temps des différends insignifiants est derrière nous. Eh bien, j'espère qu’il dit vrai».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/06/2018 REVUE-DE-PRESSE

"Je suis candidat à la présidence de la Turquie, depuis ma prison"

Dans la presse ce vendredi 22 juin : la victoire des Bleus face au Pérou au Mondial-2018 en Russie redonne des "saveurs d'été" aux Français, tandis que la défaite de l'Argentine...

En savoir plus

22/06/2018 REVUE-DE-PRESSE

"Full muddle jacket"

À la Une des grands titres de la presse ce vendredi : les élections générales anticipées en Turquie ce dimanche qui font figure de "pari risqué" de la part du président Recep...

En savoir plus

21/06/2018 Hélène FRADE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

Dans la presse, ce jeudi 21 juin, la rencontre entre le président sud-soudanais et le chef rebelle Riek Machar, une première depuis deux ans. La bataille pour prendre l’aéroport...

En savoir plus

21/06/2018 Hélène FRADE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

A la une de la presse, ce jeudi 21 juin, le revirement de Donald Trump sur la séparations de familles sans-papiers aux Etats-Unis. La pénalisation de l’aide aux clandestins en...

En savoir plus

20/06/2018 Hélène FRADE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

Dans la presse, ce mercredi 20 juin, la décision des États-Unis de quitter le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Un plaidoyer en faveur des migrants et des réfugiés. Les...

En savoir plus