Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : 14 casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Eloge funèbre d'Emmanuel Macron : un hymne à Jean d'Ormesson et à la littérature

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 1)

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Égypte, les idéaux de la place Tahrir à l'épreuve de la répression

En savoir plus

TECH 24

L'intelligence artificielle se met au rythme de la pop

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La fiscalité selon Trump : qui sont les gagnants et les perdants de la réforme ?

En savoir plus

REPORTERS

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

En savoir plus

FRANCE

Cybersécurité : les Français de l'étranger ne pourront pas voter en ligne aux législatives

© Martin Bureau, AFP | Matthias Fekl, secrétaire d'État en charge des Français de l'étranger, à l'Assemblée nationale, le 8 février 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/03/2017

Les Français de l'étranger voteront de façon traditionnelle pour les élections législatives de juin 2017 et non par vote électronique, par précaution contre d'éventuelles cyberattaques, a annoncé lundi le Quai d'Orsay.

Cette année, les Français de l’étranger ne pourront pas voter sur Internet pour les élections législatives de juin. Compte tenu "du niveau de menace extrêmement élevé de cyberattaques qui pourrait affecter le déroulement du vote électronique", le scrutin se fera de façon traditionnelle, a annoncé lundi 6 mars le ministère des Affaires étrangères. "En raison de ce contexte, il a été jugé préférable de ne prendre aucun risque", poursuit le Quai d’Orsay dans un communiqué.

La décision a été prise sur la base des recommandations des experts de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes informatiques. Le vote électronique des Français de l'étranger aux législatives avait été possible pour la première fois en 2012 et s'était déroulé sans incident. "Mais depuis il y a eu les soupçons sur l'élection américaine, la décision des Pays-Bas de renoncer au vote électronique pour les élections législatives du mois de mars : il s'agit d'un contexte très précis", a précisé lundi à l'AFP Matthias Fekl, secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger. "Qui aurait pu comprendre qu'en juin prochain, à l'issue de l'élection présidentielle, on laisse s'organiser des élections législatives qui ne soient pas cent pour cent fiables et incontestables ?", a-t-il ajouté.

Le vote par procuration facilité

Afin de faciliter le vote des électeurs français vivant à l'étranger, les votes par correspondance et par procuration vont être encouragés et facilités. Ainsi la date limite de recueil des demandes de vote par correspondance a été repoussée au 31 mars, au lieu du 1er, et il y aura autant de sites de vote pour les législatives que pour la présidentielle. "L’exercice du droit de vote de nos compatriotes à l’étranger pour les législatives se déroulera donc dans des conditions identiques à celles de l’élection présidentielle, souligne le Quai d'Orsay. A cette fin, les Français inscrits sur les listes électorales pourront exercer leur droit de vote à l’urne dans les mêmes conditions que lors de l’élection présidentielle."

Dans une série de tweets, Axelle Lemaire, l’ex-secrétaire chargée du Numérique et candidate à sa réélection comme députée des Français du Royaume-Uni et d’Europe du Nord, a qualifié la décision de "déni démocratique".

Elle surenchérit dans le Monde, expliquant que "modifier les conditions d’un scrutin à trois mois de la tenue du vote, c’est digne des régimes dictatoriaux". Frédéric Lefebvre,
député LR des Français d'Amérique du Nord, a dénoncé une "mesure inacceptable" et lancé une pétition en ligne invitant le gouvernement à revenir sur sa décision.

Selon des données provisoires publiées par l'Insee lundi, 1,3 million de Français de l'étranger étaient inscrits sur une liste consultaire au 15 février.

Avec Reuters et AFP
 

Première publication : 06/03/2017

  • FRANCE

    Hollande met en garde contre l'ingérence russe dans les affaires européennes

    En savoir plus

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    Présidentielle 2017 : les résignés de Villetaneuse

    En savoir plus

  • FRANCE

    Primaire de la gauche : un vote compliqué pour certains Français de l'étranger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)