Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

EUROPE

La Hongrie rétablit la détention systématique des migrants, contraire au droit européen

© Attila Kisbenedek, AFP | Des policiers hongrois patrouillent à la frontière avec la Serbie, le 24 février 2017.

Vidéo par Virginie HERZ

Texte par Valentin GRAFF

Dernière modification : 07/03/2017

Le Parlement hongrois a adopté, mardi, une loi qui réintroduit la détention systématique de tous les migrants entrés dans le pays. L'ONU a dénoncé une loi qui "viole les obligations de la Hongrie vis-à-vis des lois internationales et européennes".

Le Parlement hongrois a adopté, mardi 7 mars, à une large majorité, la réintroduction de la mise en détention systématique de tous les migrants entrés dans le pays, une mesure supprimée en 2013 sous la pression de l'UE et du Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR).

>> À voir : "Expulsons la Hongrie de l'Union européenne !"

La nouvelle loi, adoptée par 138 voix contre 6 et 22 abstentions, prévoit que les migrants seront placés dans des "zones de transit" aux frontières serbe et croate, où ils seront détenus dans l'attente d'une décision définitive concernant leur demande d'asile. Cette mesure s'appliquera tant aux nouveaux venus qu'aux demandeurs d'asile déjà hébergés dans le pays, au nombre de 586 en février.

Il s'agit d'une petite victoire pour le Premier ministre nationaliste, Victor Orban, dont un projet d'amendement constitutionnel visant à interdire le plan européen de répartition des migrants avait été rejeté de justesse par le Parlement le 8 novembre.

L'ONU a fermement condamné l'adoption de cette loi, qui "viole les obligations de la Hongrie vis-à-vis des lois internationales et de l'Union Européenne et va avoir un impact physique et psychologique terrible sur des femmes, des enfants et des hommes qui ont déjà beaucoup souffert", a souligné la porte-parole du HCR, Cécile Pouilly. "Des alternatives à la détention doivent toujours être d'abord prises en considération, au risque sinon de rendre la détention arbitraire."

Détention des migrants en Hongrie : l’UE attend d’avoir eu connaissance du texte pour réagir

Deux barrières à la frontière

En 2015, la Hongrie a subi une forte pression migratoire, en tant que principal point d'entrée pour des centaines de milliers de personnes cherchant à rejoindre des pays plus à l'ouest comme l'Allemagne. Le pays a alors érigé une barrière barbelée le long de sa frontière, ce qui a contribué à tarir le flot de migrants. Une seconde barrière est en construction pour renforcer le dispositif, a annoncé le gouvernement, le 27 février.

>> À voir : En Hongrie, des réfugiés nourris "comme des animaux"

Les arrivées ne se comptent plus aujourd'hui qu'en dizaines, en raison de l'installation de la première clôture, de la conclusion d'un accord entre la Turquie et l'UE pour réduire l'afflux de réfugiés et du durcissement des sanctions en Hongrie contre les immigrants clandestins.

Avec AFP

Première publication : 07/03/2017

  • HONGRIE

    Les Hongrois appelés aux urnes pour le référendum anti-réfugiés du Premier ministre Viktor Orban

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Quotas de réfugiés : le référendum invalidé en Hongrie en raison de l'abstention

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Hongrie : le Parlement rejette la révision constitutionnelle d'Orban contre l'accueil des migrants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)