Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Economie

Le consulat américain de Francfort, pièce centrale du réseau d'espionnage des États-Unis

© Saul Loeb, AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/03/2017

Les "révélations" de WikiLeaks sur la CIA font du consulat américain de Francfort la base européenne de l’agence américaine. Pour les Allemands, ce n’est qu’une confirmation du rôle central de cette ville pour les espions américains.

C’est l’une des lectures les plus agréables de l’immense collection de documents confidentiels qui dévoilerait, selon WikiLeaks, les secrets des hackers de la CIA. Niché entre deux explications techniques pour transformer un téléviseur Samsung en micro-espion et contourner la sécurité d’un iPhone, se trouve un long document sur le rôle du consulat américain à Francfort, en Allemagne. Il servirait de base pour les opérations européennes, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, des cyberespions de l’agence américaine de renseignements.

Cette présentation du travail d’espion-hacker en Allemagne ressemble à une sorte de guide du routard de l’agent en mission sous couverture. Les conseils pratiques les plus anodins y côtoient des touches d’humour surprenantes pour un tel document. "Si vous prenez un vol Lufthansa, profitez de l’alcool gratuit, si vous êtes à bord d’un avion United Airlines, toutes nos condoléances", ironisent les instructeurs de Langley (siège de la CIA) dans leur paragraphe sur le départ en mission.

Abécédaire de l’espion en mission à Francfort

Le reste est à l’avenant : le mémo rappelle qu’il faut descendre dans un hôtel approuvé par la “base de Francfort”, qu’il ne faut pas s’étonner de trouver tous les magasins fermés si l’arrivée se fait un dimanche… et que la première chose à faire est probablement de prendre une douche "parce que vous en aurez besoin".

Le ton devient plus sérieux lorsqu’il s’agit de décrire le quotidien au consulat. Les auteurs du document rappellent que tout le personnel travaille sous couverture et qu’il convient de faire attention à ne pas exposer ses collègues lors de discussions avec des personnes extérieures. Ils insistent aussi sur la nécessité de s’adonner au travail classique d’un consulat pour donner le change.

Cet abécédaire de l’espion en mission à Francfort, s’il est authentique, ne fait que confirmer les soupçons allemands. Ils se doutent depuis des années qu’il s’y trame autre chose que des réceptions organisées par Monsieur le consul.

En août 2013 déjà, un hélicoptère du renseignement allemand avait, ainsi, pris des photos du consulat américain dans le cadre de "sa mission de contre-espionnage", avait alors indiqué le ministère allemand de l’Intérieur. "Les policiers allemands en poste autour de l’immeuble ne font pas mystère qu’ils sont convaincus qu’il y a des agents de la NSA et de la CIA à l’intérieur", souligne le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung dans une enquête publiée en 2013 sur "Francfort capitale européenne des espions américains".

Francfort et les "Black sites" américains

En fait, après les révélations d’Edward Snowden de 2012 sur la mise sur écoute de la chancelière Angela Merkel par la NSA, tous les regards allemands se sont tournés vers le consulat américain de Francfort. Il a, en effet, de quoi intriguer. Il est l’un des plus grands bâtiments consulaires américains dans le monde et emploie environ 900 personnes.

L’immeuble dispose de deux entrées : la principale et celle qui mène à complexe baptisé "l’entrepôt". Mais pour y accéder, il faut montrer patte blanche, raconte le Suddeutsche Zeitung. Plusieurs gardes armés sont affectés à sa protection et inspectent chaque véhicule entrant, y compris avec une perche-miroir pour vérifier sous la voiture. Il s’agirait en fait du principal centre logistique pour approvisionner les agents en mission à l’étranger, d’après un ancien chef de la CIA en Allemagne interrogé par le Süddeutsche Zeitung. C’est depuis Francfort que l’agence aurait acheté, pendant des années, les chevaux pour les missions de la CIA en Afghanistan, raconte cet ex-espion.

Les "Black sites", ces prisons secrètes et très controversées de la CIA en dehors des États-Unis qui ont servi à l’interrogation musclée de terroristes présumés après les attentats du 11 septembre 2001, ont aussi été organisés depuis Francfort. L’agent Foggo, devenu célèbre pour avoir mis en place trois de ces prisons, faisait partie, à l’époque, du personnel du consulat.

Francfort tient donc une place à part depuis longtemps dans le paysage du renseignement américain. Après les révélations d’Edward Snowden, le consulat est apparu comme noyauté surtout par des agents de la NSA. Les documents de WikiLeaks laissent supposer que la CIA n’a jamais déserté ce nid d’espions et y a installé sa base EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique du Nord) de pirates informatiques. Dorénavant, lorsque qu’un Allemand déposera une demande de visa au consulat, il y aura toujours un doute : l’employé derrière le guichet est-il un hacker de la NSA ou de la CIA?

Première publication : 08/03/2017

  • ESPIONNAGE

    WikiLeaks affirme démontrer comment la CIA peut pirater télés, smarpthones et voitures

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    En visite à la CIA, Donald Trump assure l’agence de son soutien "à 1000 %"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le directeur de la CIA appelle Donald Trump à "se discipliner"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)