Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Natalité: vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

Amériques

Le Guatemala indigné par la mort de 35 adolescentes dans l'incendie d'un foyer controversé

© Johan Ordonez, AFP | L'établissement avait, d'après la presse, 540 pensionnaires, en dépit d'une capacité officielle de 400.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/03/2017

Les Guatémaltèques sont toujours sous le choc, deux jours après la mort de 35 adolescentes dans l'incendie d'un foyer pour mineurs, qui venaient de protester contre des mauvais traitements au sein de ce centre.

Colère et indignation. Le Guatemala, où trois jours de deuil national ont été décrétés, est toujours sous le choc au surlendemain de la mort violente de 35 jeunes filles dans l'incendie d'un foyer pour mineurs controversé, situé à San José Pinula, à l'est de la capitale, Ciudad de Guatemala.

Dix-neuf jeunes filles, âgées de 14 à 17 ans, ont péri calcinées et les autres ont succombé à leurs brûlures, selon les hôpitaux San Juan de Dios et Roosevelt, dans la capitale Guatemala, où elles étaient soignées. Vingt adolescentes sont toujours hospitalisées, la majorité dans un état critique, avec des brûlures à des degrés divers.

Alors que des pensionnaires sont soupçonnées d'être à l’origine du drame, le président Jimmy Morales a annoncé, dans un bref message télévisé, avoir ordonné le limogeage du directeur du foyer.

Plus de 50 jeunes filles enfermées dans une salle de 16m2

L’incendie s'est déclaré, mercredi, dans l'aile réservée aux filles de l'établissement, baptisé Hogar Seguro ("foyer sûr") Virgen de la Asuncion, qui accueille des enfants et adolescents victimes de violences familiales ou sans domicile, et dont le personnel avait déjà été accusé à plusieurs reprises de mauvais traitements et de sévices sexuels.

Selon les médias locaux, l'incendie a été provoqué par un groupe de jeunes filles, 52 exactement, qui avaient été placées à l'isolement dans une salle de classe de 16m2 après s'être rebellées, deux fois en 48 heures, contre les mauvais traitements et avoir tenté de fuir le foyer.

"Le repas était en train d'être servi aux adolescentes quand certaines d'entre elles ont mis le feu à un matelas et c'est comme cela que l'incendie a commencé", a expliqué Abner Paredes, procureur chargé des droits des enfants. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes du drame et les responsabilités, alors que la police était sur place au moment du déclenchement de l’incendie.

 

Première publication : 10/03/2017

  • GRAND REPORTAGE

    Guatemala : les familles des disparus de la guerre civile luttent contre l'oubli

    En savoir plus

  • L'ENTRETIEN

    Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

    En savoir plus

  • GUATEMALA

    Au moins 600 disparus dans un glissement de terrain au Guatemala

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)