Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

EUROPE

Annulations en série de meetings en Europe en faveur du référendum pro-Erdogan

© Boris Roessler / dpa / AFP | Des partisans de Recep Tayyip Erdogan à un meeting privé à Kelsterbach, en Allemagne, le 6 mars 2017.

Texte par Valentin GRAFF

Dernière modification : 10/03/2017

Après l'Allemagne et les Pays-Bas, les autorités suisses et autrichiennes ont annulé, vendredi, des meetings de soutien au référendum du 16 avril en Turquie, destiné à renforcer les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

L’AKP, le parti au pouvoir en Turquie, est confronté à une vague d’annulations des meetings qu’il avait planifié à travers l’Europe pour défendre le "oui" au référendum du 16 avril destiné à renforcer les pouvoirs du président turc Recep Tayyip Erdogan. De tels meetings ont ainsi été interdits, vendredi 10 mars, en Suisse et en Autriche, chaque fois en raison de "risques de trouble à l'ordre public".

En Suisse, la police a interdit un meeting initialement prévu à Zurich, puis à Spreitenbach. Les autorités autrichiennes, quant à elles, ont annulé ce qui avait été annoncé comme une simple "présentation de livre" en présence de l'ancien ministre de l'Énergie, Taner Yildiz. Il s'est toutefois avéré qu'il devait s'agir d'un "rassemblement électoral" pour lequel quelque 400 personnes étaient attendues, selon la police.

Les premières annulations avaient eu lieu en Allemagne, les 2 et 3 mars, ce qui avait conduit Recep Tayyip Erdogan à dénoncer des "pratiques nazies". "Je pensais que l'Allemagne avait renoncé depuis longtemps (à ces pratiques). Nous nous étions trompés. Vous nous faites des leçons de démocratie, puis vous empêchez les ministres de ce pays de s'exprimer là-bas", avait-t-il déploré.

Ni Suisse, ni Autriche, ni Pays-Bas

Jeudi, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, avait également fait savoir que la venue de son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, pour assister à ces meetings n'était pas souhaitée : "Nous ne participerons pas à la visite d'un responsable gouvernemental turc qui veut mener une campagne politique pour le référendum. Par conséquent, nous ne coopérerons pas. Aucun des moyens habituels fournis pour une visite ministérielle ne seront accordés."

Le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, avait annoncé dès mercredi 8 mars que le rassemblement avait été annulé, indiquant que le gérant de la salle où devait avoir lieu l'événement n'était plus disponible.

En Suisse, l’incertitude persiste concernant la visite de ce même Mevlut Cavusoglu, prévue dimanche à Zurich. Les autorités cantonales ont demandé au gouvernement suisse d'interdire cette visite, mais Berne a estimé qu'il n'y avait "pas de menace sécuritaire pouvant justifier des restrictions de la liberté d'expression". Toutefois l'hôtel Hilton, où devait se tenir la réunion, a annulé l'événement pour "des problèmes de sécurité". Aucun autre lieu n'a pour l'instant été annoncé.

Avec AFP

Première publication : 10/03/2017

  • DIPLOMATIE

    Ankara accuse Berlin de "pratiques nazies" après l'annulation de meetings pro-Erdogan

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    La campagne du référendum constitutionnel turc provoque des remous entre Ankara et Berlin

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : la détention d'un journaliste germano-turc envenime les relations entre Berlin et Ankara

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)