Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Soudan du Sud : la famine, arme de guerre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : et la Palme d'or est attribuée à...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Merkel-Trump, je t'aime moi non plus"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France - Russie : des relations économiques pas si frileuses

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, président à poigne"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lutte contre le terrorisme en Europe : et maintenant ?...

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Du violon pour faire face à la police au Venezuela et le coup de gueule d'un apiculteur français

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des coptes en Égypte

En savoir plus

Afrique

Le roi du Maroc nomme un nouveau Premier ministre

© Odd Andersen, AFP | Saad Eddine El Othmani, lors d'un discours en tant que ministre des Affaires étrangères, à Berlin, le 23 novembre 2012.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/03/2017

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a désigné vendredi son nouveau Premier ministre. Figure du parti islamiste PJD, Saad Eddine El Othmani remplace le secrétaire général du parti, Abdelilah Benkirane, après cinq mois de blocage.

Ancien ministre des Affaires étrangères, l’islamiste Saad Eddine El Othmani a été nommé Premier ministre, vendredi 17 mars, par le roi du Maroc. Une ultime tentative pour former un gouvernement après des mois de blocage. La situation était inédite dans l'histoire récente du pays : cinq mois sans gouvernement et le remplacement du Premier ministre désigné pour "dépasser la situation d'immobilisme actuelle", selon un communiqué rendu public mercredi soir par le cabinet royal.

Psychiatre de formation et figure du Parti justice et développement (PJD, islamiste), dont il a été secrétaire général de 2004 à 2008, il remplace Abdelilah Benkirane, évincé mercredi par Mohammed VI pour n'être pas parvenu à former une majorité après cinq mois de négociations infructueuses.

Président du conseil national du PJD depuis 2008, il avait été nommé à la tête du ministère des Affaires étrangères en 2012, mais avait cédé son poste en octobre 2013 après un remaniement gouvernemental.

Ces derniers jours, des médias marocains spéculaient déjà sur le départ d'Abdelilah Benkirane, avec sa démission ou son remplacement sur décision du roi. Et la presse rappelait que selon la Constitution, le souverain doit désigner le chef du gouvernement au sein du parti arrivé en tête des législatives.

Avec AFP
 

Première publication : 17/03/2017

  • MAROC

    Maroc : accusé de terrorisme, le Français Thomas Gallay voit sa peine réduite en appel

    En savoir plus

  • MAROC

    Le Maroc annonce son retrait d'une zone contestée au Sahara occidental

    En savoir plus

  • MAROC

    Sahara occidental : comment le Maroc utilise l’immigration comme moyen de pression sur l’UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)