Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Banlieues en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "L'objectif de Trump est de renverser le régime iranien"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "Le populisme c'est l'échec des élites"

En savoir plus

Amériques

Des élus du Congrès remettent en question les accusations d'écoutes de Trump visant Obama

© AFP (archives) | Donald Trump a affirmé sur Twitter début mars que Barack Obama l'avait fait placer sur écoutes.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2017

Des élus démocrates et républicains du Congrès américain ont affirmé dimanche ne disposer d’aucun élément leur permettant de prouver que Barack Obama a fait mettre sur écoutes Donald Trump à l'automne dernier.

Plusieurs jours après une série de tweets du président américain, Donald Trump, accusant Barack Obama de l’avoir placé sur écoutes, des élus démocrates et républicains du Congrès ont déclaré dimanche 19 mars ne pas disposer de la moindre preuve.

"J'ignore sur quelle base s'appuie le président Trump", a déclaré la sénatrice républicaine Susan Collins sur NBC. "Je crois qu'il nous doit des explications". Susan Collins a assuré qu'elle soutenait le nouveau locataire de la Maison blanche mais ne se rangerait pas à ses côtés s'il "déforme les faits".

Le directeur du FBI, James Comey, devrait être interrogé sur les accusations lancées par Trump, lorsqu'il témoignera lundi, lors d'une audience publique, sur l'ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle de novembre 2016.

Adam Schiff, démocrate siégeant à la commission des renseignements de la Chambre des représentants qui conduira l'audience, a estimé que les affirmations de Trump étaient "absolument fausses" et a dit espérer que Comey aille dans le même sens lors de sa déposition lundi.

Plusieurs républicains, dont Tom Cole, une des personnalités républicaines de la Chambre des Représentants, ont demandé ces derniers jours à Donald Trump de s'excuser pour ses accusations lancées sur Twitter le 4 mars.

"Je ne vois rien qui permette de dire que c'est vrai", a dit Tom Cole à propos des accusations de mise sur écoutes. Si Donald Trump ne fournit pas de preuve convaincante, a-t-il ajouté, "il doit des excuses au président Obama". D'autres représentants républicains, comme Charlie Dent et Will Hurd, ont abondé dans le même sens.

Avec AFP
 

Première publication : 19/03/2017

  • ÉTATS-UNIS

    L'administration Trump fait appel du blocage du décret anti-immigration

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Premier face-à-face tendu entre Trump et Merkel à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump propose un budget anti-écologie et pro-armée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)