Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Amériques

À Pékin, Rex Tillerson joue la carte de l'apaisement avec la Chine

© Lintao Zhang, Pool, AFP | Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson et le président chinois Xi Jinping au Palais du peuple de Pékin, le 19 mars 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/03/2017

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a terminé sa première visite en Asie dimanche avec une rencontre du président chinois Xi Jinping et la volonté exprimée par la Chine et les États-Unis de travailler ensemble sur la Corée du Nord.

Le président chinois Xi Jinping et le secrétaire d'État américain Rex Tillerson se sont dits prêts, lors de la première visite à Pékin du nouveau chef de la diplomatie américaine dimanche 19 mars à travailler ensemble à un rapprochement entre leurs deux pays. "Nous savons que par le dialogue, nous arriverons à une meilleure compréhension qui conduira à un renforcement des liens entre la Chine et les États-Unis et donnera le ton de notre future relation de coopération", a déclaré Rex Tillerson à son hôte qui venait de l'accueillir au Palais du peuple, face à la place Tian'anmen.

"Faire progresser la coopération"

Xi Jinping a évoqué sa conversation téléphonique du mois dernier avec Donald Trump, au cours de laquelle le président américain s'était engagé à ne pas entretenir de relations officielles avec le gouvernement taïwanais, contrairement à la menace qu'il avait laissé planer après son élection le 8 novembre. "Lui comme moi pensons que nous devons faire des efforts conjoints pour faire progresser la coopération sino-américaine", a déclaré le président chinois. "Nous pensons que nous pouvons faire en sorte que la relation [bilatérale] avance de façon constructive dans la nouvelle ère. Je suis confiant que tant que nous faisons cela, notre relation pourra certainement avancer dans la bonne direction", a-t-il estimé.

La Chine a été l'une des cibles de Donald Trump pendant sa campagne électorale, le milliardaire accusant ce pays d'avoir "volé" des millions d'emplois aux États-Unis. Il a menacé d'imposer des droits de douane punitifs aux importations de produits chinois.

Dossier nucléaire nord-coréen

Reçu samedi à Pékin par le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, Rex Tillerson a promis de travailler avec la Chine, principale alliée du régime nord-coréen, pour convaincre Pyongyang de mettre un terme à son programme nucléaire. "Nous sommes d'accord pour dire que la tension dans la Péninsule [coréenne] est très élevée et que les choses ont atteint un niveau dangereux", a assuré le secrétaire d’État, qui avait déclaré la veille à Séoul que l'option militaire était "sur la table" face aux menaces de la Corée du Nord.

>> À voir sur France 24 : "Le débat - 'Qui arrêtera la Corée du Nord dans sa course vers le feu nucléaire ?' "

Pyongyang a tiré des missiles au début du mois, dont trois sont tombés dans les eaux japonaises, et a annoncé dimanche avoir testé un nouveau moteur de fusée à haute performance, facilement adaptable pour propulser des missiles.

Avec AFP

Première publication : 19/03/2017

  • CORÉE DU NORD

    La Chine appelle la Corée du Nord à suspendre son programme nucléaire

    En savoir plus

  • CHINE

    La Chine augmentera son budget militaire "d'environ 7 %" en 2017

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Après les tirs nord-coréens, les États-Unis déploient un système antimissile au Sud

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)