Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

La Maison Blanche prend ses distances avec l'ex-directeur de campagne

© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives | L'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, en discution avec un ex candidat à la candidature républicaine Ben Carson, le 21 avril 2016 à Hollywood

WASHINGTON (AFP) - 

L'administration Trump a tenté lundi de prendre ses distances avec Paul Manafort, ancien directeur de campagne du magnat de l'immobilier, dont les liens avec la Russie suscitent de nombreuses interrogations.

Selon Sean Spicer, porte-parole de Donald Trump, Paul Manafort, qui a mené la campagne du magnat de l'immobilier jusqu'à sa nomination par le parti républicain, "a joué un rôle très limité pendant un temps très limité".

Paul Manafort avait commencé à travailler pour le candidat républicain en mars et démissionné au mois d'août.

Ce stratège républicain, ayant aussi travaillé pour les campagnes de Ronald Reagan et de George Bush père, a été montré du doigt pour avoir, en particulier, touché des fonds comme consultant de l'ex-président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch.

Il fait partie des personnages de la galaxie du président républicain dont la nature exacte des liens avec le pouvoir russe fait l'objet de nombreuses questions à ce jour sans réponse.

Le directeur du FBI James Comey a confirmé lundi qu'une enquête sur une éventuelle "coordination" entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et le gouvernement russe était en cours depuis juillet 2016.

"Enquêter et avoir des preuves sont deux choses différentes", a réagi le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer.

Le FBI confirme très rarement l'existence d'une enquête en cours, mais le chef de la police fédérale a brisé le silence au nom de "l'intérêt du public".

© 2017 AFP