Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Economie

Google fait son retour en Chine avec son application Translate

© Johannes Eisele, AFP | Mercredi 29 mars, le service de traduction de Google, Translate, était de retour sur les mobiles chinois.

Texte par Romain HOUEIX

Dernière modification : 29/03/2017

Google a réintroduit, mercredi, son application de traduction instantanée Translate en Chine. En proposant cette application, le géant de l'Internet pose un pied dans un marché qu'il avait quitté en raison de la censure.

Il y a sept ans, Google quittait la Chine pour protester contre la censure instaurée par le régime sur ses services. Mercredi 29 mars, le géant américain de l'Internet a annoncé le retour de son application mobile de traduction instantanée Translate en Chine.

C'est la première fois qu'Alphabet, la maison mère de Google, réactive l'un de ses services dans le pays. Si Translate continuait d'exister en Chine en tant que service web, cette application pour smartphone devrait permettre au géant de toucher davantage de citoyens chinois. En effet, selon les derniers chiffres du gouvernement, la moitié des 1,4 milliards d'internautes que compte le pays se connectent exclusivement sur mobile.

"Google Translate est disponible en Chine depuis plus de 8 ans. Aujourd'hui, nous améliorons notre application Translate pour nos utilisateurs chinois", a déclaré un porte-parole de l'entreprise au média spécialisé américain TechCrunch.

S'accommoder de la censure

La nouvelle fera sans doute date. Jusqu’à maintenant, toutes les applications de Google étaient censurées en Chine. À l'instar d'autres applications sensibles telles que le New York Times ou Facebook, elles n'y sont accessibles aujourd'hui que via des VPN, un système permettant de localiser sa connexion hors de Chine pour contourner la censure.

>> À lire sur Mashable FR : Facebook serait prêt à tout pour revenir en Chine, même coopérer avec la censure

Pour voir son retour autorisé, le géant américain a sans doute dû s'accommoder des exigences chinoises. Google a confirmé à TechCrunch que son application se soumettrait aux requêtes et à la censure du gouvernement local. Preuve de son retour en grâce, sur iPhone, l'application est disponible sur l'App store officiel chinois.

Le début d'un retour en Chine pour Google ?

Translate étant une application gratuite, son retour en Chine ne générera pas de revenus supplémentaires, mais Google peut espérer gagner en visibilité sur un marché dominé par Baidu, souvent dépeint comme son clone chinois.

Cela fait plusieurs années que Google prépare son retour sur l'immense marché chinois. En février, le média spécialisé The Information se faisait l'écho de négociations entre la société de Mountain View et NetEase, le deuxième plus grand fournisseur chinois de jeux en ligne, pour relancer Google Play, la boutique officielle d'applications de Google, préinstallée sur les smartphones Android dans la plupart des pays du monde. L'absence de Google Play en Chine a permis à des douzaines d'autres boutiques d'applications de prospérer sous Android dans le pays, à l'image du géant chinois Tencent (propriétaire de WeChat).

>> À lire aussi : "Sino Valley" : bons baisers technologiques de Chine

Début mars, c'est le journal officiel chinois South China Morning Post qui faisait état de négociations entre Google et les plus hautes sphères de l'administration chinoises. Les discussions auraient porté notamment sur le retour en Chine de Google via son service "Google Scolar" qui permet la recherche d'articles scientifiques tirés de travaux universitaires et des revues scientifiques principalement.

Le South Morning Post précise que la réintroduction ne se limiterait pas à ce seul outil de recherche de Google. Des discussions porteraient sur d'autres fonctionnalités dès lors qu'elles ne touchent pas à des informations jugées "sensibles", c'est-à-dire principalement la politique.

À la lumière de ces informations, le retour de Translate apparait sous un jour nouveau : la relance du service de traduction instantanée est probablement un test pour Google, un orteil posé pour tâter la température avant de se jeter dans le grand bain chinois.

Première publication : 29/03/2017

  • CHINE

    Chine : des données personnelles vendues pour quelques yuans sur le marché noir

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Apple retire les applications du New York Times de l’App Store chinois sur ordre de Pékin

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    À Pékin, Rex Tillerson joue la carte de l'apaisement avec la Chine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)