Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radicalisation : un nouveau plan pour sortir de l'impasse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : de l'inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat sur les armes aux États-Unis : une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

Corée du Sud : l'ex-présidente destituée a été arrêtée

© Yonhap, AFP | La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye à son arrivée à la cour centrale du district de Séoul le 30 mars.

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2017

L'ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été arrêtée vendredi dans le cadre du scandale pour corruption qui a mené à sa destitution. Elle peut être maintenue en détention pour une période pouvant aller jusqu'à 20 jours.

Elle a été arrêtée vendredi matin (heure de Séoul). Vingt jours exactement après la confirmation de sa destitution par la Cour constitutionnelle, l'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye s'est vu délivrer un mandat d'arrêt par la cour centrale du district de Séoul. L'ex-présidente destituée pour trafic d'influence est accusée de corruption, d'abus de pouvoir, de coercition et de divulgation de secrets d'État, précise l'agence.

Après une audience marathon jeudi, Park Geun-hye, qui se trouvait dans les bureaux du procureur dans l'attente de la décision du tribunal, a été conduite dans un centre de détention près de Séoul et a passé vendredi sa première journée en prison. "Il est justifié et nécessaire d'arrêter Park Geun-hye, étant donné que des accusations clés sont étayées et qu'existe le risque de destruction de preuves", a expliqué le tribunal dans un communiqué.

"Pas moins de 13 chefs d’accusation visent l’ancienne présidente, dont la mise en examen sera prononcée d’ici 20 jours"

>> À lire : En Corée du Sud, l'héritier de l'empire Samsung inculpé pour corruption

La destitution de l'ex-présidente, votée massivement par les députés début décembre, a été confirmée le 10 mars dernier par la Cour constitutionnelle du pays à l'unanimité de ses huit juges.

Park, qui est âgée de 65 ans, est accusée d'être à l'origine, avec son amie Choi Soon-sil, de pressions sur des conglomérats sud-coréens en vue d'obtenir des dons pour deux fondations soutenant sa politique. Elle peut être maintenue en détention pour une période pouvant aller jusqu'à 20 jours.

"L'une des conséquences politiques sera une alternance et l'arrivée des démocrates au pouvoir"

Avec AFP et Reuters

Première publication : 30/03/2017

  • CORÉE DU SUD

    Corée du Sud : destituée, Park Geun-hye a quitté le palais présidentiel

    En savoir plus

  • CORÉE DU SUD

    Corée du Sud : "l'héritier" de Samsung considéré comme suspect dans le scandale de corruption

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS

    Iran, Allemagne, Rwanda, Corée du Sud, Chili, Pays-Bas : ces pays qui voteront (aussi) en 2017

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)