Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

Amériques

Venezuela : coup de force des pro-Maduro, l'opposition crie au coup d'État

© Juan Barreto, AFP | Le président Nicolas Maduro faisant un discours devant la Cour suprême le 15 janvier 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2017

La Cour suprême vénézuélienne, favorable au président Maduro, s'est octroyée jeudi les pouvoirs parlementaires. Un véritable "coup d'État" pour le chef du Parlement, qui combat depuis des mois la politique du chef de l'État.

Nouvelle escalade dans la crise politique qui agite le Venezuela depuis la victoire des anti-chavistes aux législatives fin 2015. La Cour suprême vénézuélienne, accusée par l'opposition de servir le pouvoir en place, s'est octroyée jeudi 30 mars les pouvoirs du Parlement, contrôlé par les opposants au gouvernement socialiste de Nicolas Maduro.

"Tant que l'Assemblée nationale sera hors la loi, les compétences parlementaires seront exercées directement par la chambre constitutionnelle (de la Cour suprême)", dit la décision publiée par la plus haute juridiction du pays dans la nuit de mercredi à jeudi.

Depuis janvier 2016, la Cour suprême a déclaré nuls tous les votes du Parlement, en réaction à l'investiture de trois députés anti-chavistes, malgré les soupçons entourant leur élection. Dernière décision en date de la justice, les députés vénézuéliens, majoritairement d'opposition, ont été privés mardi de leur immunité, ce qui les expose à de possibles procès pour haute trahison devant des instances militaires.

"Un coup d'État auto-infligé"

De son côté, l'opposition veut pousser le chef de l'État vers la sortie et exige une élection présidentielle anticipée avant celle prévue en décembre 2018.

Le secrétaire général de l'Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, a par ailleurs dénoncé jeudi "un coup d'État auto-infligé" au Venezuela. Ces décisions représentent "les derniers coups avec lesquels le régime bouleverse l'ordre constitutionnel du pays et met fin à la démocratie", a-t-il dénoncé dans un communiqué, où il regrette que "ce contre quoi nous avions mis en garde s'est malheureusement produit".

Avec AFP

Première publication : 30/03/2017

  • VENEZUELA

    Le Venezuela prié d'établir un calendrier électoral et de libérer ses prisonniers politiques

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Venezuela : reprise du dialogue entre gouvernement et opposition

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Venezuela : menacé de destitution, Maduro crie au coup d’État

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)