Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le Front National: Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir 300 millions $ dans l’éducation des filles"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

FRANCE

L'UOIF fait valoir le poids électoral des musulmans avant la présidentielle

© Allaoua Meziani/FRANCE24 | Amar Lasfar, le président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF).

Texte par Allaoua MEZIANI

Dernière modification : 31/03/2017

À trois semaines du premier tour la présidentielle, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) entend mettre en avant son poids électoral dans l’espoir de capter l’attention des candidats qu'elle juge "décevants".

Le président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Amar Lasfar, ne mâche pas ses mots : "Les candidats à l’élection présidentielle française ne connaissent rien à l’islam, ni aux musulmans !"

Lors d’un dîner de presse organisé mercredi 30 mars, à Paris, dans la perspective de la Rencontre annuelle des musulmans de France au Bourget (14-17 avril), Amar Lasfar a fait part de sa déception vis-à-vis de la façon, jugée parfois méprisante mais rarement indifférente, dont les candidats parlent de la religion musulmane et de ses fidèles français.

"Globalement, nous sommes déçus"

"Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon défendent bien des positions de principe de temps à autre, mais globalement, nous sommes déçus", lâche le président de l’UOIF. L’organisation sera renommée officiellement Musulmans de France (MDF) le 13 mai prochain, à l’occasion de son assemblée générale à Paris.

Accompagné de son vice-président, Makhlouf Mamèche, et de son secrétaire général, Okacha Ben Ahmed Daho, Amar Lasfar a tenu à rappeler la volonté de la présidente du Front national, Marine Le Pen, de dissoudre son organisation si elle était élue présidente ainsi que l’engagement d’un "candidat", François Fillon en l’occurrence, de "mettre le culte musulman sous contrôle administratif". Le culte musulman n’existant pas en tant que tel, "peut-on mettre des millions de musulmans sous contrôle administratif ?", ironise-t-il.

Réagir en tant que citoyens

Pour Amar Lasfar, également recteur de la grande mosquée de Lille, les musulmans de France sont avant tout des citoyens, fidèles aux lois de la République, ainsi que des électeurs potentiels. Le "vote musulman" en faveur de François Hollande en 2012 face à un Nicolas Sarkozy coupable de propos jugés "peu amènes à l’égard des musulmans", a eu une importance indéniable, estime-t-il.

Ainsi, les responsables de l’UOIF lancent-ils un appel pressant à leurs coreligionnaires : il leur faut écouter les déclarations des candidats et réagir en tant que citoyens. Ils doivent pouvoir aussi "revendiquer fièrement" leur foi tout en s’élevant contre ce "sentiment de persécution" dont font état certains médias internationaux. La Rencontre annuelle des musulmans de France attire près de 175 000 visiteurs dont les 4/5e sont des jeunes.

Première publication : 31/03/2017

  • POLITIQUE

    Identité heureuse ou malheureuse : la place des musulmans en France au cœur de la primaire de la droite

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Foulard islamique au travail : les dessous de la décision européenne

    En savoir plus

  • FRANCE

    France : les actes antisémites et antimusulmans en baisse de 80 % au 1er trimestre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)