Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement met-il la pression sur les médias français ?

En savoir plus

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

Culture

Décès d'Evgueni Evtouchenko, poète et figure de l'époque du dégel en URSS

© Dmitry Serebryakov, AFP | Le poète russe Evgueni Evtouchenko lors d'une rencontre avec des lecteurs à Moscou, le 21 janvier 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/04/2017

Hospitalisé aux États-Unis, où il vivait, Evgueni Evtouchenko est décédé samedi, à l'âge de 84 ans. Vladimir Poutine et Mikhaïl Gorbatchev, entre autres, ont salué la mémoire de ce poète dont la liberté de ton a surpris dans les années 1960.

Le poète russe Evgueni Evtouchenko est décédé à l'âge de 84, samedi 1er avril, aux États-Unis où il résidait. Figure du dégel sous Khrouchtchev, il s'était fait connaître dès les années 1950 avec des vers dénonçant l'antisémitisme, mais aussi Staline.

"Il est décédé il y a quelques minutes, entouré de ses proches, paisiblement", a déclaré sa femme, Maria Novikova depuis Tulsa, dans l'Oklahoma, à l'agence de presse publique russe RIA Novosti.

Né le 18 juillet 1933 dans la région d'Irkoutsk, en Sibérie, Evgueni Evtouchenko a été un symbole du non-conformisme pendant le court dégel post-stalinien de Nikita Khrouchtchev au début des années 1960, avant de devenir un soutien loyal et un privilégié du régime jusqu'à la chute de l'URSS. Son poème "Babi Yar", en référence au massacre de juifs par les nazis en Ukraine, lui apporta en 1961 une reconnaissance internationale.

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé ses condoléances aux proches du poète, selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Evtouchenko était un grand poète, son héritage est une partie intégrante de la culture russe", a déclaré M. Peskov, cité par RIA Novosti.

"Un poète en Russie, c'est plus qu'un poète"

"Ses poèmes trouvaient écho dans les cœurs de millions de personnes", a souligné pour sa part le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, cité par l'agence, en estimant que c'était un "homme qui se souciait du sort de son pays et du monde entier, croyait en la bonté et cherchait la justice".

"Evtouchenko était une légende (...), qui vivait selon sa propre formule : un poète en Russie, c'est plus qu'un poète", a déclaré Natalia Soljenitsyne, veuve de l'écrivain et dissident russe Alexandre Soljenitsyne, à la chaîne publique russe Rossia 24.

"Il influençait le temps où il vivait, et il a fait changer beaucoup de choses", a estimé pour sa part Zoïa Bogouslavskaïa, veuve d'un autre célèbre poète russe, Andreï Voznesenski, citée par l'agence officielle Tass.

Peu après son hospitalisation cette semaine, Evtouchenko, qui souffrait d'un cancer, avait demandé à être enterré à Peredelkino, près de Moscou, "non loin du tombeau de Boris Pasternak", a affirmé à Tass le producteur Sergueï Vinnikov, qui était chargé des préparatifs pour un festival de poésie prévu cet été en Russie à l'occasion des 85 ans du poète.

Avec AFP et AP

Première publication : 02/04/2017

  • LITTÉRATURE

    Bob Dylan est finalement allé chercher son prix Nobel de littérature

    En savoir plus

  • CULTURE

    Le Salon du livre, passage obligé des candidats à l'Élysée ?

    En savoir plus

  • RWANDA

    Vidéo : au Rwanda, l'écrivain Gaël Faye présente son "Petit pays" en musique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)