Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

#ActuElles

Le Pen - Macron : leurs priorités sur les droits des femmes

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Féfé

En savoir plus

Thaïlande: le roi a signé la nouvelle Constitution de la junte

© AFP | Le roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn, après avoir signé la nouvelle Constitution renforçant le contrôle de l'armée sur les affaires de l'Etat, le 6 avril 2017 à Bangkok

BANGKOK (AFP) - 

Le roi de Thaïlande a signé jeudi une nouvelle Constitution qui renforce le contrôle de l'armée sur les affaires de l'Etat mais ouvre la voie à des élections après trois ans de junte.

L'armée soutient que la constitution - la vingtième depuis 1932 - permettra de lutter contre l'instabilité chronique de la vie politique thaïlandaise et de se débarrasser des parlementaires corrompus.

Au pouvoir depuis 2014, les militaires affirment que la signature du nouveau texte est une étape essentielle vers le retour de la démocratie et la tenue d'élections.

Mais leurs adversaires font observer que ces scrutins, dont les dates sont inconnues, ne déboucheront que sur une démocratie au rabais, avec un Sénat totalement nommé et un contrôle accru sur les députés élus.

Le roi Maha Vajiralongkorn - qui a succédé l'an passé à son père le roi Bhumibol Adulyadej qui avait régné 70 ans - a signé jeudi après-midi la Constitution, validée par un référendum en août, lors d'une cérémonie télévisée à Bangkok.

Le nouveau roi avait créé la surprise en début d'année en demandant la modification de certaines parties du nouveau projet de Constitution concernant la monarchie, une intervention inattendue du nouveau monarque dans la sphère politique.

Signe de l'opacité entourant tout ce qui concerne la monarchie, les autorités n'ont pas rendu publics les passages amendés des nouvelles sections.

La Thaïlande a connu plus d'une décennie d'instabilité politique qui a largement nui à la croissance d'une économie naguère louée pour son dynamisme.

Au cours de cette période surnommée "la décennie perdue", le pays a été le théâtre de nombreuses manifestations, d'une profonde instabilité gouvernementale et de deux coups d'Etat militaires.

Pour les experts, la Thaïlande renoue par cette Constitution avec le système politique de la Guerre froide, quand les parlementaires élus étaient souvent contrôlés par des organes non élus.

Pour Thitinan Pongsudhirak de l'Université Chulalongkorn de Bangkok, cette Constitution est loin de l'esprit de la charte de 1997, la plus libérale que le pays ait eue.

"La nouvelle Constitution annule les progrès dans la représentation populaire qui avaient culminé avec la Constitution de 1997", a-t-il dit à l'AFP. "Les nominations seront désormais très répandues aux dépens des représentants élus."

Pour la junte, il s'agit selon certains experts d'empêcher durablement le retour aux manettes de l'opposition, incarnée par l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra et sa soeur Yingluck, dont le gouvernement avait été balayé par le coup d'Etat de 2014.

Jusqu'ici, les militaires avaient principalement eu recours aux coups d'Etat, dès 2006 pour Thaksin. Mais les Shinawatra étaient toujours revenus au pouvoir sitôt des élections organisées.

Outre la nomination des sénateurs, la nouvelle Constitution renforce les pouvoirs de la Cour constitutionnelle et doit faciliter la destitution de dirigeants civils.

© 2017 AFP