Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

FRANCE

Le meeting de Marine Le Pen à Ajaccio perturbé par des nationalistes

© Pascal Pochard-Casabianca, AFP | Manifestation à Ajaccio contre le meeting de Marine Le Pen, le 8 avril 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2017

La salle où Marine Le Pen devait faire un meeting à Ajaccio, en Corse, a été évacuée samedi après qu'une quinzaine de manifestants s'y sont introduits. La candidate FN à la présidentielle a tenu son discours dans une autre salle.

À deux semaines du premier tour de la présidentielle, des manifestants ont perturbé samedi 8 avril à Ajaccio une réunion publique de Marine Le Pen. Le DPS, service d'ordre du Front national, "a pris la responsabilité d'évacuer" 20 à 30 jeunes indépendantistes, pris sous les coups de supporters frontistes, et qui s'étaient introduits dans l'auditorium en se fondant dans la foule, a précisé à l'AFP le sous-préfet d'Ajaccio Nicolas Lerner. Après des échanges de coups, le cri d'un jeune "a Francia fora" ("la France dehors", en langue corse) et du gaz lacrymogène répandu, la salle a finie par être évacuée. La réunion a été déplacé dans un grand hall du Palais des congrès où la candidate a fini par tenir son discours.

Le groupe corse Ghjuventu Indipendentista a revendiqué sur Twitter cette action, "ne pouvant accepter [ce] discours marqué du sceau de la haine et de l'anticorsisme primaire", tandis que l'entourage de la candidate FN a accusé des "nationalistes" corses. Samedi à Ajaccio, les heurts ont repris à l'issue du meeting, avec des échanges de coups entre manifestants et militants frontistes, mais aussi avec les forces de l'ordre. Un jeune a été interpellé.

En une heure de discours, Marine Le Pen a tenté de séduire les plus de 200 000 inscrits sur les listes électorales de l'île, où elle était placée en deuxième position en 2012 avec 24,4 % des voix. La présidente du FN, clairement jacobine, avec des drapeaux tricolores pour seul décorum de meeting, les a cette fois accompagnés d'un drapeau corse. Avant la traditionnelle Marseillaise de fin de meeting, c'est l'hymne corse, le "Dio vi salvi Regina", qui a résonné, entonné par Marine Le Pen elle-même, entourée de dirigeants du parti.

"Vous êtes corses, mais vous êtes français, soyez les deux en même temps !" a exhorté la candidate FN, vantant l'agriculture locale et plus généralement les "apports" corses à "notre pays, la France", en rendant par exemple hommage à Napoléon.

Avec AFP

Première publication : 08/04/2017

  • FRANCE

    Le tribunal de Bastia valide l'arrêté anti-burkini de la ville corse de Sisco

    En savoir plus

  • FRANCE

    Forte tension en Haute-Corse après une violente rixe intercommunautaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)