Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

#ActuElles

Tacler le harcèlement, un hashtag à la fois

En savoir plus

REPORTERS

Turkménistan : les Jeux du dictateur

En savoir plus

Moyen-Orient

La Russie, l'Iran et le Hezbollah promettent un soutien accru à Assad

© Joseph Eid, AFP | Poster géant du président Bachar al-Assad et de son homologue russe, Vladimir Poutine, à Alep, le 9 mars 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/04/2017

La Russie, l'Iran et le Hezbollah libanais ont promis, dimanche, d'apporter un soutien accru à l'armée du président Bachar al-Assad après les tirs de missiles américains contre une base aérienne syrienne.

Le relations se tendent entre les alliés du président syrien Bachar al-Assad et les États-Unis. Dimanche 9 avril, la chambre d'opération conjointe basée en Syrie qui regroupe la Russie, l'Iran et les forces "alliées" dont le Hezbollah libanais, a émis un communiqué condamnant les frappes américaines sur une base aérienne syrienne.

"L'agression contre la Syrie outrepasse toutes les lignes rouges. Désormais nous réagirons fermement à toute agression contre la Syrie et à toute violation des lignes rouges de la part de quiconque", affirme le centre de commandement.

"L'Amérique connaît notre capacité à répondre comme il se doit", ajoute-t-il, qualifiant d'"illégale" la présence de soldats américains dans le nord de la Syrie.

Actes "agressifs" et "inacceptables"

Le président russe, Vladimir Poutine, et son homologue iranien, Hassan Rohani, se sont entretenus dimanche au téléphone à ce sujet et ont convenu que les "actes agressifs" des États-Unis contre la Syrie étaient "inacceptables", rapporte pour sa part le Kremlin. Moscou et Téhéran réclament une enquête "impartiale" sur l'usage présumé d'armes chimiques contre des civils dans la province d'Idleb, invoqué par Washington pour justifier ses bombardements.

"Il n'existe aucune option où une solution politique pourrait intervenir avec Assad à la tête du régime", a déclaré dimanche l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley sur la chaîne de télévision CNN. "Nous pensons qu'un changement de régime est quelque chose qui va arriver", a-t-elle poursuivi, ajoutant toutefois que Washington reste aussi focalisé sur la lutte contre l'organisation État islamique (EI) et sur les moyens de mettre fin à l'influence iranienne dans la région.

>> À lire : le départ d'Assad n'est plus la priorité de Washington

Pour sa part, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson s'est interrogé, deux jours avant une visite capitale à Moscou, sur les réelles intentions de la Russie en Syrie, où elle s'est montrée selon lui "incompétente" pour surveiller l'élimination de l'arsenal chimique de Damas.

Avec Reuters et AFP
 

Première publication : 09/04/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Frappes en Syrie : le Congrès applaudit, les partisans de Trump beaucoup moins

    En savoir plus

  • SYRIE

    Vidéo : en Syrie, des centaines de rebelles à nouveau évacués de Homs

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Syrie : le Britannique Boris Johnson annule sa visite à Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)