Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

Planète

Les deux tiers de la Grande Barrière de corail menacés

© Ed Roberts, ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies, AFP | La Grande Barrière de corail blanchit pour la seconde année consécutive.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2017

Selon des scientifiques australiens, les coraux de la Grande Barrière ayant blanchi pour la seconde année consécutive à cause du réchauffement climatique n'ont aucune chance de s'en remettre. Les deux tiers de cet écosystème sont menacés.

Au large de l'Australie, le deuxième épisode de blanchissement de la Grande Barrière de corail pourrait sonner le glas pour les deux tiers de cet écosystème de 2 300 kilomètres. Des scientifiques australiens ont tiré la sonnette d'alarme lundi 10 avril : les coraux qui ont subi, pour la deuxième année consécutive, un blanchissement n'ont aucune chance de se rétablir.

Des chercheurs ont annoncé en mars que les récifs de la Grande Barrière de corail, en Australie, avaient connu un autre épisode de blanchissement, celui-ci sans précédent. Et leurs craintes ont été confirmées par des observations aériennes de ce site inscrit au patrimoine de l'Humanité depuis 1981.

"Des coraux qui ont blanchi ne sont pas nécessairement morts. Mais dans la partie centrale (de la Grande Barrière) nous nous attendons à des pertes très élevées", a déclaré James Kerry, biologiste à l'Université James Cook, qui a coordonné les observations aériennes. "Il faut au moins une décennie pour le rétablissement total des coraux qui grandissent le plus vite", a-t-il expliqué. "Alors deux épisodes graves de blanchissement à 12 mois d'intervalle font que les récifs endommagés en 2016 n'ont aucune chance de se rétablir".

Quatrième épisode en 20 ans

L'épisode de blanchissement en cours est le quatrième après ceux de 1998, 2002 et 2016. Entre l'année dernière et cette année, 1 500 kilomètres de récifs ont été affectés, a déclaré Terry Hughes, de l'Université James Cook. "Ce qui fait que seul le tiers sud du récif est indemne".

"Le blanchissement est lié aux températures record provoquées par le réchauffement climatique", a-t-il expliqué.

Le blanchissement des coraux est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration. Il est provoqué par la hausse de la température de l'eau qui entraîne l'expulsion des algues symbiotiques, donnant au corail sa couleur et ses nutriments. Les récifs peuvent s'en remettre si l'eau refroidit, mais ils peuvent aussi mourir si le phénomène persiste, comme c'est le cas actuellement.

Avec AFP
 

Première publication : 10/04/2017

  • MINES

    Le Salvador, premier pays à bannir l'exploitation des mines à métaux

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat américain confirme un climatosceptique à la tête de l'Agence de protection de l'environnement

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Canberra dit "oui" à un projet de mine de charbon, la Grande Barrière de corail en danger selon les écologistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)