Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Macron, le virtuose du flou"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Show à Whirlpool"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

Afrique

Disparus du Novotel d'Abidjan : 6 à 20 ans de prison pour les accusés

© Issouf Sanogo, AFP | Le général Brunot Dogbo Blé (2e à droite), ancien chef de la Garde républicaine ivoirienne, a été condamné à 18 ans de prison, jeudi 13 avril.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2017

La cour d'assises d'Abidjan a condamné jeudi à des lourdes peines, de 6 à 20 ans de prison, les principaux accusés dans l'affaire des "disparus du Novotel", dont le général Brunot Dogbo Blé, ancien chef de la Garde républicaine ivoirienne.

Six ans après l'affaire des "disparus du Novotel", six Ivoiriens ont été condamnés, jeudi 13 avril, par la cour d'assises d'Abidjan à des lourdes peines, allant de 6 à 20 ans de prison. Le général Brunot Dogbo Blé, ancien chef de la Garde républicaine ivoirienne, a écopé de 18 ans de prison. Quatre autres accusés ont été acquittés.

Le 4 avril 2011, au plus fort de la crise postélectorale en Côte d'Ivoire, un commando venu de la présidence, alors aux mains des partisans de Laurent Gbagbo, avait fait irruption à l'hôtel Novotel d'Abidjan, s'emparant de quatre personnes, dont deux Français. Selon l'accusation, qui parle d'"actes de barbarie", les quatre hommes avaient été conduits au palais présidentiel pour y être "torturés, sauvagement battus avant d'être tués". Deux corps ont été retrouvés fin mai 2011 dans la lagune près d'Abidjan, mais un seul des deux avait pu être formellement identifié. Celui-ci semble avoir été exécuté d'une balle dans la tête, alors que "le rapport medico-légal a mis en évidence des fractures multiples aux membres inférieurs et supérieurs", avait rappelé l'avocat général.

"Un apaisement" pour les victimes et leurs familles

Après six heures de délibération, la Cour, qui a requalifié l'assassinat en meurtre, a infligé 18 ans de prison au général Brunot Dogbo Blé et à ses deux adjoints, les colonels Jean Aby et Leopold Okou Mody. Présenté par l'accusation comme celui ayant achevé l'un des deux Français enlevés, le commissaire Osée Loguey a, lui, écopé de 20 ans de prison, tandis que deux autres membres du commando, Henri Guehi Bleka, dit "le Rougeaud", et Yoro Tapeko, ont respectivement écopé de peines de 10 et 6 ans de prison.

"Le verdict correspond exactement à ce que nous souhaitions : la chaîne de commandement a été reconnue responsable, condamnée et destituée de ses grades, galons et étoiles. Pour les victimes, c'est un apaisement, c'est une pierre tombale qu'elles n'avait pas jusqu'à présent", a déclaré à l'AFP Me Pierre-Olivier Sur, avocat français des familles des victimes. Le procès, qui a duré deux mois, n'a toutefois pas éclairé les nombreuses zones d'ombres des événements. Le mutisme des accusés pendant les débats n'a pas permis de savoir comment, pourquoi et par qui exactement les victimes ont été tuées et où se trouvent tous les corps.

Avec AFP

Première publication : 14/04/2017

  • CÔTE D'IVOIRE

    Côte d'Ivoire : après deux reports, ouverture du procès des "disparus du Novotel"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Cote d'Ivoire : le procès des "disparus du Novotel" d'Abidjan renvoyé au 21 février

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le corps du directeur du Novotel d'Abidjan identifié, selon l'avocat de sa famille

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)