Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

Asie - pacifique

Iran : Rohani candidat à un second mandat face aux conservateurs

© Atta Kenare, Isna, AFP | Le chef d'État iranien, Hassan Rohani, après avoir enregistré sa candidature pour la présidentielle iranienne, le 14 avril 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2017

Le président iranien, Hassan Rohani, a déposé sa candidature vendredi pour briguer un second mandat lors de l'élection présidentielle du 19 mai. La liste des candidats autorisés à participer au scrutin sera rendue publique le 27 avril.

Le président iranien Hassan Rohani s'est porté candidat, vendredi 14 avril, à l'élection présidentielle du 19 mai, avec l'espoir d'obtenir un second mandat de quatre ans.

"Une fois de plus, me voici pour l'Iran, pour l'Islam, pour la liberté et pour plus de stablilité dans notre pays", a-t-il déclaré, peu après s'être inscrit sur la liste des candidats. Âgé de 68 ans, considéré comme un dirigeant pragmatique modéré, capable de s'entendre avec l'Occident, Hassan Rohani avait été élu en 2013 en obtenant, dès le premier tour, un peu plus de 50 % des suffrages, grâce au large soutien des partis modérés et réformateurs.

La période d'inscription des candidatures s'achève samedi. Le Conseil des gardiens de la Constitution, instance contrôlée par les religieux conservateurs, aura ensuite jusqu'au 27 avril pour approuver une liste de candidats autorisés à participer au scrutin.

>> À lire : La surprenante candidature de Mahmoud Ahmadinejad

Ebrahim Raissi, le grand rival de Rohani

Le principal concurrent de l’actuel président iranien devrait être le religieux conservateur Ebrahim Raissi, lui aussi candidat. Ce proche du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a été nommé il y a un an par ce dernier à la tête d'Astan Qods Razavi, une puissante fondation de charité qui possède de nombreuses sociétés de construction et de service, d'immenses usines, de terres agricoles et de terrains à travers le pays.

Il est arrivé en tête des cinq personnalités choisies par quelque 3 000 conservateurs qui participent à un nouveau groupe, le "Front populaire des forces de la révolution islamique", créé en décembre avec l'objectif de s'entendre sur un candidat unique. Les responsables de ce Front ont autorisé les cinq personnalités à s'inscrire à l'élection mais affirment qu'une seule d'entre elles ira jusqu'au bout pour affronter Hassan Rohani.

>> À lire : Les résultats économiques de Rohani, enjeu majeur de la présidentielle iranienne

Face aux conservateurs, le président iranien devra défendre son bilan économique, vivement critiqué par ses adversaires. Durant la courte campagne, il va pouvoir s'appuyer sur son plus grand succès diplomatique, la signature de l'accord nucléaire avec les grandes puissances en juillet 2015, qui a mis fin à plus de 12 ans de crise.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 14/04/2017

  • IRAN

    Présidentielle iranienne : la surprenante candidature de Mahmoud Ahmadinejad

    En savoir plus

  • IRAN

    Les résultats économiques de Rohani, enjeu majeur de la présidentielle iranienne

    En savoir plus

  • IRAN

    Pour Hassan Rohani, Donald Trump ne pourra pas annuler l'accord sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)