Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

Ligne à grande vitesse à Toulouse: les élus lancent un appel aux candidats à la présidentielle

© AFP/Archives | Les rails de la Ligne à grande vitesse (LGV) qui doit relier Paris à Bordeaux, ici près de Châtellerault, dans la Vienne, le 3 février 2015

TOULOUSE (AFP) - 

La présidente PS de la Région Occitanie Carole Delga, le président PS du Conseil départemental de Haute-Garonne Georges Méric, et le président LR de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc ont lancé lundi un "appel aux candidats" à la présidentielle pour qu'ils confirment le lancement de la ligne à grande vitesse (LGV) entre Bordeaux et Toulouse.

"Nous adressons un appel aux candidats à l'élection présidentielle. Nous leur demandons de confirmer le lancement de la ligne Bordeaux-Toulouse, selon les engagements pris depuis le début du projet Grand Projet Sud-Ouest (GPSO)", écrivent les élus qui demandent comment concevoir que "la 4e ville de France soit mise à l'écart de la grande vitesse et de toutes les retombées positives qu'elle entraîne pour le territoire".

"Toulouse, la Haute-Garonne et l'ensemble d'Occitanie /Pyrénées-Méditerranée ne peuvent pas rester sans liaison ferroviaire à très grande vitesse avec le reste du pays", affirment-ils.

"Pour booster l'économie et les emplois, pour accroître l'attractivité et l'activité touristique, pour assurer l'égalité territoriale, la LGV reliant Paris à Toulouse n'est plus un atout, c'est une nécessité", ajoutent-ils alors que le président de la SNCF, Guillaume Pépy, sera mercredi à Toulouse.

Début avril, des grands élus du Sud-Ouest avaient déjà cosigné une déclaration commune appelant l?État à "respecter" son "engagement" sur la construction des LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.

Notant que le projet de LGV a été déclaré d'utilité publique le 6 juin 2016 par l?État, les élus avaient rappelé que cet engagement devait "être respecté". "Il ne saurait y avoir de pause ni de retour en arrière", avaient-ils affirmé.

Fin mars, M. Pépy avait lui indiqué qu'en ce qui concerne la ligne Paris-Toulouse et le projet consistant à prolonger la ligne Paris-Bordeaux au-delà de sa limite actuelle, notamment vers Toulouse, l'instruction "par l?État est toujours en cours".

Selon lui, c'est probablement courant 2018, une fois tous les recours administratifs et juridiques purgés qu'il appartiendra à l?État et aux élus de prendre les décisions et de passer aux étapes suivantes.

Le coût de l'ensemble du Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest, censé notamment relier en 2024 Paris à Toulouse, via Bordeaux, est estimé à 8,3 milliards d'euros.

Le TGV Paris-Bordeaux, qui ouvrira en juillet, permettra déjà d'économiser une heure sur le trajet avec Toulouse, soit 4h20 environ.

© 2017 AFP