Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

FRANCE

Fillon préfère Deezer à l'école 42, mais les "blagues" le poursuivent

© Christophe Ena, pool, AFP | François Fillon lors de sa visite du siège de Deezer, à Paris, le 19 avril 2017.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/04/2017

François Fillon a décidé d'annuler sa visite avec Alain Juppé à l'école 42 pour éviter les "blagues" des étudiants peu ravis d'accueillir le candidat de la droite. À la place, il s'est rendu au siège de Deezer... où il n'a pas été mieux accueilli.

Ils avaient prévu de mettre une photo de Pénélope Fillon en fond d'écran des ordinateurs de l'école ou de changer le message d'accueil qui s'affiche sur les portiques de sécurité en remplaçant "Bonjour François", par "Rends l'argent, François". François Fillon n'a visiblement pas trouvé le programme des "blagues" des étudiants de l'école 42 – le centre de formation au code du milliardaire Xavier Niel – à son goût.

Il a décidé d'annuler le déplacement qu'il comptait y effectuer, mercredi 19 avril. En lieu et place, le candidat du parti Les Républicains se déplace au siège de Deezer, la société française de streaming musical... où il n'a pas été mieux accueilli. Officiellement, la direction du centre de formation a indiqué qu'en "ce contexte compliqué de menaces d'attentats, la délégation a préféré ne pas aller dans une école avec 2 700 jeunes".

Ce changement d'agenda de dernière minute est une mauvaise nouvelle pour François Fillon. Il comptait sur cette visite dans l'un des hauts lieux de la culture numérique made in France pour donner un vernis plus moderne à son image, à quelques jours du premier tour l'élection présidentielle. Le candidat de la droite avait, en outre, obtenu que son ancien rival Alain Juppé l'accompagne.

Plutôt Deezer

Ce dernier sera toujours du déplacement, mais Deezer n'a pas la même aura que l'école 42. Certes, la marque est connue. Mais, créé en 2007, il s'agit d'un "ancien" de la planète tech qui, dans la bataille mondiale pour l'attention des internautes mélomanes, souffre face à la concurrence de Spotify ou Apple Music. À l'inverse, l'école 42 symbolise bien davantage l'avenir du numérique français.

Mais les étudiants de ce centre de formation ont choisi de rappeler sur le mode humoristique les affaires – soupçons d'emplois fictifs de sa femme Penelope Fillon, dons de costumes onéreux – qui ont plombé la campagne du candidat. Un rappel dont François Fillon, qui voit sa côte de popularité dans le sondage remonter, souhaitait se passer.

Il n'y a pourtant pas échappé. En effet, certains salariés de Deezer, partageant les réticences des étudiants de l'école 42 ou peu satisfait d'être la solution de rechange de François Fillon, ont repris à leur compte quelques-unes des "blagues" des élèves, a noté le site Konbini. Ainsi, dans les locaux de la société française, le candidat a aussi été accueilli par des ordinateurs sur lesquels on pouvait lire "Rends l'argent".

Première publication : 19/04/2017

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Sens commun, sécurité, identité : fin de campagne à droite pour Fillon

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    60 secondes avec un militant - Héloïse, 23 ans, soutien de François Fillon

    En savoir plus

  • FRANCE

    Vidéo : les soutiens de François Fillon tractent à Paris pour convaincre les indécis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)