Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'exploration du monde, c'est la nature humaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

Moyen-Orient

Référendum en Turquie : les recours de l'opposition rejetés

© Adem Altan, AFP | Le président turc Erdogan remercie ses partisans dans un discours le 17 avril 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2017

Les recours de l'opposition turque contre les résultats du référendum constitutionnel validé de justesse, qui fait passer la Turquie d'un régime parlementaire à un régime présidentiel, ont été rejetés, mercredi, par la Commission électorale.

Le Haut-Conseil électoral turc (YSK) a rejeté, mercredi 19 avril, les recours déposés par l'opposition réclamant l'annulation du référendum sur l'extension des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan en invoquant des fraudes, ont rapporté les médias.

Dix membres de l'YSK ont voté contre l'annulation du vote et un seul a voté pour, selon l'agence progouvernementale Anadolu. L'opposition dénonce notamment une décision de dernière minute de l'YSK de considérer comme valides les bulletins de vote non marqués du sceau officiel des scrutateurs. Le principal parti d'opposition, le CHP, et la formation prokurde, le HDP, affirment que cette décision pourrait avoir favorisé la victoire du camp du oui, qui a remporté le scrutin d'une courte tête avec 51,4 % des voix, selon un comptage provisoire des médias.

>> À lire : "Aujourd'hui, il n'y a plus d'opposition légale en Turquie"

L'opposition ne veut pas en rester là

Réagissant à la décision de l'YSK, le vice-président du CHP, Bülent Tezcan, a affirmé, sur la chaîne CNN-Türk, qu'elle provoquait une "sérieuse crise de légitimité".
"Nous activerons tous les moyens légaux", a-t-il déclaré, ajoutant que le parti établirait une feuille de route après avoir consulté des experts en droit jeudi.

Une mission commune d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l'Europe a estimé que le scrutin n'avait pas été "à la hauteur des critères" européens et souligné que la campagne s'était déroulée dans des conditions inéquitables favorisant le camp du oui.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/04/2017

  • TURQUIE

    "Aujourd'hui, il n'y a plus d'opposition légale possible en Turquie"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Référendum en Turquie : des milliers de partisans du "non" manifestent à Istanbul

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Référendum en Turquie : les observateurs européens dénoncent des conditions inéquitables

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)