Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Asie - pacifique

Pakistan : la Cour suprême ne chasse pas le Premier ministre Nawaz Sharif

© Arif Ali, AFP | Des partisans de Nawaz Sharif se sont rassemblés jeudi 20 avril à l'annonce du verdict de la Cour suprême du Pakistan.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2017

La Cour suprême du Pakistan a ordonné jeudi une enquête pour corruption sur le Premier ministre Nawaz Sharif, mis en cause dans l'affaire des "Panama papers", sans pour autant demander sa destitution.

Les magistrats de la Cour suprême du Pakistan ont estimé jeudi 20 avril qu'ils ne disposaient pas d'éléments suffisants pour démettre de ses fonctions le Premier ministre, Nawaz Sharif, accusé de corruption en lien avec la divulgation des "Panama papers". Une enquête a toutefois été ordonnée.

Il est reproché à Nawaz Sharif d'avoir caché la vérité sur les sociétés et biens immobiliers détenus via des holdings off-shore par ses enfants, notamment sa fille Maryam Nawaz, pressentie comme son héritière en politique.

"Derrière toute grande fortune se cache un crime"

Dans sa décision très attendue à un an des élections, la Cour lui a donné un sursis, estimant qu'il n'y avait pas assez de preuves pour l'écarter du pouvoir dans l'immédiat. Le document de 540 pages débute par une citation de Balzac, placée en épigraphe du roman "Le Parrain" : "Derrière toute grande fortune se cache un crime."

Les juges y ordonnent la création sous les sept jours d'une commission d'enquête conjointe — comprenant notamment des représentants du bureau anti-corruption et des puissants services secrets militaires — qui devra présenter ses conclusions dans les 60 jours.

"Une enquête approfondie est nécessaire", a estimé le juge Asif Saeed Khosa en annonçant cette décision. Deux des cinq juges sont allés plus loin, estimant que Nawaz Sharif devait être évincé en raison de sa "malhonnêteté", mais ils sont restés minoritaires.

Avec AFP

Première publication : 20/04/2017

  • PAKISTAN

    Vidéo : le Pakistan lance son premier recensement depuis vingt ans

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Pakistan : plusieurs morts dans un attentat-suicide contre un tribunal

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Vidéo : la fondation Chirac récompense une ONG pakistanaise de défense du droit des femmes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)