Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Theresa, pas besoin de partir!"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et si le Royaume-Uni restait..."

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Inquiétudes sur le projet de loi antiterroriste

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Puy du Fou, 40 ans de voyage dans le temps

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou out : pas de quartiers"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Gloire et décadence de Travis Kalanick, patron d'Uber

En savoir plus

FRANCE

Un policier tué dans une attaque sur les Champs-Élysées à trois jours de la présidentielle

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/04/2017

Un individu a ouvert le feu jeudi soir sur un camion de police qui patrouillait sur les Champs-Élysées à Paris. Un policier a été tué et deux autres blessés avant que l'agresseur soit abattu. Le groupe EI a revendiqué l'attaque.

  • Un homme s'est garé à proximité d'un camion de police, dans la soirée du jeudi 20 avril sur les Champs-Élysées, avant d'ouvrir le feu sur ses occupants, avec un fusil d'assaut.
     
  • Un policier a été tué, deux autres blessés et une passante touchée.
     
  • L'assaillant a été abattu par les forces de l'ordre sur les lieux de l'attaque. Son identité est connue, mais n'a pas été dévoilée par le procureur de la République pour les besoins de l'enquête. Des perquisitions sont en cours à son domicile présumé en Seine-et-Marne.
     
  • Le groupe EI a revendiqué l'attaque via son organe de propagande.
     
  • L'attaque est "d'ordre terroriste", selon le président François Hollande et le parquet antiterroriste s'est saisi de l'affaire.
  • Un conseil de Défense doit se tenir vendredi à 8 h du matin à l'Élysée.
     
  • L'attaque intervient à trois jours du premier tour de la présidentielle. Plusieurs candidats – François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron – ont annulé les déplacements qu'ils avaient prévu de faire vendredi.
     
  • Plusieurs chefs d'État, dont le président américain Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel, ont fait part de leur solidarité avec la France. 

 

 

Première publication : 20/04/2017

COMMENTAIRE(S)