Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité du jour : Félix Tshisekedi, secrétaire général adjoint de l'UDPS.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

geurre en syrie, mossoul, relations russo-américaines Partie 2

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

remaniement ministeriel, brexit, conseil de l'Europe Partie 1

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron, l'Européen

En savoir plus

TECH 24

Passe ton code d'abord !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Année France-Colombie : le pays andin à l’honneur dans l’Hexagone

En savoir plus

Fekl aux forces de sécurité: "Vous êtes le rempart de la démocratie"

© AFP | Le ministre de l'Interieur Matthias Fekl à l'Elysée après un conseil de défense, le 21 avril 2017

PARIS (AFP) - 

Le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl a adressé vendredi un message à l'ensemble des forces de sécurité, louées comme "le rempart de la démocratie" au lendemain d'un attentat qui a coûté la vie à un policier à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle.

"Hier soir, l'un des vôtres, l'un des nôtres a été lâchement assassiné", débute ce texte d'une page dont l'AFP a eu copie.

Saluant la mémoire du fonctionnaire de police tué, les conditions de la riposte des forces de l'ordre comme la "mobilisation" des secours, M. Fekl entend adresser un "message de reconnaissance", après cette nouvelle "terrible épreuve".

"Plus que jamais, il le faut. Vous êtes le rempart de la démocratie", écrit le ministre en référence à la mobilisation des forces de sécurité, lors du premier tour du scrutin présidentiel, dimanche, puis lors du second tour, le 7 mai.

"Vos efforts sont incessants. Je sais que nous vous en demandons beaucoup. L'Etat comme les Français, le mesurent pleinement", ajoute Matthias Fekl.

Quelque 50.000 policiers et gendarmes, ainsi que 7.000 militaires sont mobilisés dimanche pour assurer la sécurité du scrutin.

© 2017 AFP