Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Ahmed Abba condamné à 10 ans de prison

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Présidentielle 2017 : le soutien à Emmanuel Macron divise

En savoir plus

FOCUS

Kenya : quand la sécheresse entraîne la violence

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Un an après, A'salfo rend hommage à Papa Wemba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Battre le FN ne suffit pas"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Pen - Macron : deux programmes économiques que tout oppose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Présidentielle : le choc de deux France"

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un an après les attentats, une Belgique meurtrie

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Belgique, au cœur de l’Europe sans états d’âme?

En savoir plus

Judo: à l'Euro, premières récompenses pour Pinot et Gahié

© AFP | La Française Margot Pinot (d) face à la Slovène Tina Trstenjak lors de la finale des -63 kg à l'Euro de judo, le 21 avril 2017 à Varsovie

VARSOVIE (AFP) - 

Margaux Pinot, en argent (-63 kg), et Marie-Eve Gahié, en bronze (-70 kg), ont décroché les premières médailles internationales de leur carrière aux Championnats d'Europe de judo, vendredi à Varsovie.

La France compte désormais quatre médailles, toutes apportées par l'équipe féminine : celles de Pinot et Gahié s'ajoutent à l'or récolté par Priscilla Gneto et au bronze glané par Hélène Receveaux en -57 kg la veille. Les Bleus, eux, sont toujours bredouilles.

Au-delà de la médaille, Pinot (23 ans), qui dispute ses premiers Championnats d'Europe seniors, peut se satisfaire de la manière avec laquelle elle l'a obtenue. Opposée en finale à la patronne de la catégorie, la Slovène Tina Trstenjak, championne olympique, du monde et d'Europe en titre, la Française ne s'est pas laissée impressionner : elle lui a tenu tête pendant près de 8 min 30 sec, soit les quatre minutes réglementaires de combat ajoutées à presque 4 min 30 sec dans le "golden score", pour ne s'incliner qu'aux pénalités.

A quatre mois des Championnats du monde à la fin de l'été (28 août-3 septembre) à Budapest, sans conteste un combat référence pour Pinot, venue au judo après avoir vu David Douillet remporter l'or olympique un jour de septembre 2000, alors qu'elle avait six ans.

- Agbegnenou blessée -

Un peu plus tôt, la demi-finale 100% française entre Clarisse Agbegnenou, vice-championne olympique en 2016, et Pinot n'avait finalement pas eu lieu. Blessée à la hanche, Agbegnenou (24 ans) a été contrainte d'y renoncer. Elle passait des examens dans la soirée pour déterminer la nature de sa blessure, selon l'encadrement de l'équipe de France.

Comme Pinot, la jeune Marie-Eve Gahié (-70 kg) est montée, à 20 ans, sur son premier podium international vendredi.

"C'est un grand pas dans le monde des seniors, un début", a estimé auprès de l'AFP celle qui était sacrée il y a sept mois seulement championne d'Europe juniors.

Surprise en demi-finale - "une grosse déception" - la benjamine de l'équipe de France s'est félicitée d'avoir su "rebondir rapidement". De quoi la consoler en partie : "finalement, je termine sur une victoire et j'ai une médaille", a-t-elle relativisé.

Pas de sourire en revanche chez les messieurs, où les jours se suivent et se ressemblent. Comme la veille, le parcours des Bleus a pris fin précocement pour les nouveaux venus. Baptiste Pierre (-81 kg) est tombé d'entrée, Pape Doudou Ndiaye (-81 kg) et Guillaume Chaine (-73 kg) ont été battus dès leur second combat.

Pas de miracle non plus pour le médaillé mondial (bronze 2010) et européen (argent 2015) Loïc Korval (-73 kg) : arrivé à court de préparation après une blessure à la cheville subie au Tournoi de Paris mi-février, il a été éliminé juste avant les quarts de finale.

© 2017 AFP