Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : l'AfD désigne un duo éclectique pour les législatives

© Odd Andersen, AFP | Alice Weidel (G) et Alexander Gauland (D), les deux chefs de file pour l'Afd aux législatives allemandes, à Cologne le 23 avril 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/04/2017

Les populistes allemands de l'AfD, réunis en congrès, ont désigné dimanche un duo original pour diriger la campagne des législatives de septembre : un septuagénaire appartenant aux durs du parti et une économiste anti-immigration de 38 ans.

Le parti anti-migrants Alternative für Deutschland (AfD) a désigné, lors d'un congrès qui se tenait à Cologne, ses deux chefs de file en vue des élections législatives allemandes qui se tiendront le 24 septembre.

Alexander Gauland, un juriste de 76 ans, et Alice Weidel, une économiste de 38 ans,ont été désignés, dimanche 23 avril, par 67,7 % des quelque 600 délégués, après que Frauke Petry, figure historique du mouvement, a annoncé qu'elle ne mènerait pas la campagne de l'AfD.

>> À lire : ouverture mouvementée du congrès des populistes de l'AfD en Allemagne

Alexander Gauland est souvent présenté comme un soutien de Björn Höcke, également membre de l'AfD, qui avait tenu en janvier des propos controversés sur l'Holocauste et dénoncé la repentance allemande. Moins connue, Alice Weidel, incarne l'aile moins radicale de l'AfD et s'était notamment prononcée en faveur de l'exclusion de Björn Höcke. La jeune femme est l'une des architectes du programme économique libéral et anti-euro de l'AfD mais s'est aussi fait remarquer par ses discours très durs sur l'immigration.

Cette désignation intervient en outre au lendemain du rejet de la motion présentée par Frauke Petry, qui souhaitait recentrer le parti afin de lui permettre de former des alliances avec les formations politiques traditionnelles allemandes. Elle souhaitait notamment que l'AfD rejette les "idéologies racistes, antisémites et nationalistes".

Les derniers sondages allemands accordent de 8 % à 10 % des intentions de vote à l'Afd, un taux en baisse sensible par rapport à fin 2016, mais supérieur au seuil des 5 % requis pour entrer au Bundestag.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 23/04/2017

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : ouverture mouvementée du congrès des populistes de l'AfD

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : net recul du SPD de Martin Schulz dans la Sarre

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    L'Allemagne va pour la première fois expulser des islamistes jugés trop dangereux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)